Juste

Je vais juste.

Il y a longtemps que je ne fume plus, mais comme j’aime la serveuse du Grenat d’Argent, je vais juste, lui acheter une cartouche.

Je vais juste.

Il y a longtemps que je ne bois plus mais comme j’aime Sarah, j’emplis mon sac de vin pour la regarder juste, enfin ses seins, ou ses yeux, ou juste ses mains au passage, devant sa caisse carrefour.

Je vais juste.

Il y a longtemps que je ne mange plus, mais comme j’aime Mme Bernier, au marché je lui demande de choisir juste ses meilleurs n’importe quoi selon la saison, juste pour midi.

Je vais juste.

Il y a longtemps que je ne lis plus mais comme j’aime Marie-Anne, je vais lui demander des livres déjà achetés, juste histoire de la regarder chercher, sur son tabouret.

Je vais juste.

Il y a longtemps que je ne joue plus, mais comme j’aime E.M. je lui rapporte mes archets, juste pour les crins, comme j’aime S.F. je lui rapporte une guitare, juste pour une corde, comme j’aime L.VDB. je lui rapporte une trompette, juste pour un piston, comme j’aime A.B. je lui achète un saxophone, juste pour aller demander à Emilie du mirror.

Je vais juste.

Il y a longtemps que j’évite les hôpitaux, mais comme j’aime très précisément une très belle et très accorte infirmière, je vais très vite voir une très belle et très accorte médecin. Parfois, c’est impossible d’avoir juste une chambre, mais je peux tout de même aller m’offrir des bonbons colorés chez mes très belles et très accortes pharmaciennes.

Je vais juste. Ou, au juste ?

Le juste demeure ferme dans sa voie (Job 17/9)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation

Clef two-factor authentication