30 octobre

J’ai peur de n’arriver point à fêter ce jour.
Soit c’est le monde, soit c’est moi mais un des deux ne tourne pas rond.

Entre Mussolini et Pétain que faire ?
Se réjouir de la candidature de Coluche à la présidence de la république ? ( de mémoire 22 % d’intentions de vote?), ou, 42 ans avant, un autre plan d’enfer, mijoté par Orson Welles avec sa version de « La guerre des mondes »
Ou alors, Tzar Bomba, cadeau nucléaire des Russes à la terre ?
Chenier ?
Louise Abbéma ?
Sisley ?
Bourdelle ?
Paul Valéry ?
Jacques Faizant ?
Il y a bien Ezra Pound, mais on verra une autre année.
A défaut, et par un coq à l’âne, je fêterai
Le pas 266ème anniversaire de la naissance d’Olympe de Gouges.

Et, d’un somptueux autoplagiat :

Il est difficile de démêler le vrai du faux à son propos, et donc de se réjouir sincèrement ou non, surtout en cherchant à le faire au moyen d’Internet, et d’ailleurs..
Par contre son nom sonne comme un appel à une félicité (très) légèrement teintée de lubricité, me propulsant à mi-chemin entre Dionysos et un peintre rococo genre Boucher.
La seule certitude d’ordre scientifique ( rayon linguiste ) que j’ai concerne le premier paragraphe de sa biographie sur Wikipédia : C’est rédigé par Boby Lapointe, et ça pourrait même quasiment être les paroles d’un version historique de « Ta Katie t’a quittée » ou même du « Papa du papa de mon papa ».
Jugez vous-même en chantonnant:
« Née le 7 mai 1748 à Montauban, Marie Gouze a été déclarée fille de Pierre Gouze, bourgeois de Montauban qui était boucher – il n’a pas signé au baptême car absent – et d’Anne-Olympe Mouisset, fille de drapier 2, mariés en 1737 3. Cette dernière, née en 1712, était la filleule du marquis Jean-Jacques Lefranc de Pompignan (le père d’Anne avait été le précepteur de Jean-Jacques), avec qui elle aurait entretenu une relation amoureuse. Selon le député Jean-Baptiste Poncet-Delpech et d’autres, « tout Montauban » savait que Lefranc de Pompignan était le père adultérin de la future Marie-Olympe de Gouges 4. »
Convaincus ?

Sinon, sans le batteur d’AC/DC, je ne me serais jamais autant éclaté les oreilles, et allez savoir si éclater, ça se fête ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation

Clef two-factor authentication