Tag Archives: Sexe

13 mai

Encore un exemple, s’il était nécessaire, de l’abjecte impartialité de Wikipédia.

Ce jour, on peut fêter le

71ème anniversaire d’Anne Pingeot.

Avoir sa place dans l’encyclopédie libre pour avoir couché avec un président de la république, je ne conteste pas. Mais dans ce cas, pourquoi le 6 novembre, ne peut-on même pas fêter l’anniversaire de Jeffri Bolkia, qui lui, est prince, et possède un harem de 40 consœurs de ladite Pingeot ?

22 avril

Bien trop d’anniversaires de choix ce jour. Je n’en fêterai que quatre : l’avantage, c’est que je n’aurai pas à chercher beaucoup l’an prochain.

Je commencerai par le
290ème anniversaire de la naissance d’Emmanuel Kant.

Je ne dirai pas trop fort que je suis assez heureux qu’il soit mort à 80 ans. Ayant commit 26 pavés, s’il était encore parmi nous, il y aurait 26*3,625 ouvrages de ce monsieur soit 94 à ingurgiter pour prétendre réfléchir, et 7 critiques supplémentaires de dieu sait quoi ( la raison du plus fort, la raison d’espérer, la raison d’état…) à essayer de faire croire pour les uns qu’on les a lu, pour les autres qu’on les a compris. Enfin, je parle de béotiens dans mon genre qui, eux aussi, dans leur coin, essaient avec moins de succès de couper les cheveux en quatre ou d’enculer les mouches.
Ceci dit, sa vie sexuelle, que les biographes ont injustement et totalement ignorée, fut, elle, un véritable chef-d’œuvre, comme l’a brillamment démontré Jean-Baptiste Botul, et devrait être source constante d’inspiration à tout âge.
Botul, en effet explique avec brio dans « La vie sexuelle d’Emmanuel Kant » que (je cite, mais je ne sais plus ou j’ai relevé ) «les philosophes ont inventés un moyen extraordinaire de se reproduire : ils ne pénètrent pas, ils se retirent. Ce retrait porte un nom : la mélancolie ». »
Je préfère décidément lire Botul.

115ème anniversaire de la naissance de Vladimir Nabokov.
113ème anniversaire de la naissance d’Alexandre Vialatte.

Je ne vais pas écrire, je vais lire.

Enfin, pour la bonne bouche
110ème anniversaire de la naissance de Julius Robert Oppenheimer.

C’est avec une once de fatalisme teinté de quelques mégatonnes de pessimisme que j’ai constaté un jour qu’absolument tout ce que l’homme avait inventé ou découvert, il l’avait utilisé.
Cherchez et vous verrez : le dé à coudre, l’allumette, le poil à gratter… prenez aux hasard un dictionnaire, même obscur, spécialisé, savant ou encyclopédique : tous les mots ont servis.
On peut donc remercier ce brave homme de nous avoir offert l’extinction certaine à vraisemblablement brève échéance, à moins qu’un autre fou découvre l’immortalité, ou plus vraisemblablement l’amnésie contagieuse définitive.

20 avril

« Tous les hommes sont mortels ». En vertu du doute méthodique évoqué hier, je n’en serai sûr qu’une fois mort moi-même.

En attendant, une fois n’est pas coutume, et en vertu du soupçon de colère né avant hier de l’incompréhensible corrélation entre longévité et crapulerie ( oui, j’aime bien les litotes, et oui, c’est bien à Pasqua que je fais référence), j’aurai bien aimé consacrer aujourd’hui cette chronique à un autre sujet. Disons la malsaine jouissance née de la disparition de certains ( j’allais écrire d’entre-nous).

Mais sont ils vraiment d’entre nous ? Auquel cas, l’ensemble des « nous » laisse douter de la validité du concept d’humanisme.

Et de toute façon, comment se réjouir du

125ème anniversaire de la naissance d’Adolf Hitler ?

 

Mais hélas, je suis au fond, désespérément bon.

Alors à part le

152ème anniversaire du décès de José Dámaso Rodríguez y Rodríguez dit Pepete encorné par l’inconstant toro Jocinero puisqu’au départ, ce dernier voulait démolir un picador, puis, se souvenant que si le toro avait sa chance, le matador pas toujours, à feinté et détruit son vaillant ennemi venu pour porter secours au subalterne.

A part cette bien logique disparition , je n’arrive qu’a déplorer les

542ème anniversaire du décès de Leon Battista Alberti

Inventeur à la fois de la perspective et de la renaissance classique architecturale, qui sait si en oeuvrant plus longtemps, il ne nous aurait pas évité, disons par exemple le rococo allemand ?

82ème anniversaire du décès de Giuseppe Peano :

Sa courbe éponyme est un régal pour l’oeil et il n’a pas attendu Mandelbroot pour inventer les fractales et lui, sans surtout chercher gloire de querelles de colloques en querelles de colloques.

De plus, habitué à remplir des volumes avec d’autres volumes, je ne peux que rêver à son élégant, mystérieux et donc attirant concept de remplir une surface avec une courbe.

Pour clore avec Peano, notons de plus qu’il a inventé l’ensemble Q : il fallait oser.

Quand au

20ème anniversaire du décès de Jean Carmet, c’est heureux que les larmes ne détrempent pas les écrans, je serais illisible.

18 avril

1904 Premier numéro de l’Humanité, Jean Jaurès.
1973 Premier numéro de Libération, Jean Paul Sartre.
J’ai peur du 18 avril 2042.

Et je parie que c’est trois mois de lecture de Libération qui ont libéré sa mère puisque c’est le

40ème anniversaire de la naissance d’Olivier Besancenot.

Sinon, ce jour, le pire côtoie le pire :

534ème anniversaire de la naissance de Lucrèce Borgia.

87ème anniversaire de la naissance de Charles Pasqua.

82ème anniversaire de la naissance de Nadine de Rotchild.

 

Et je ne compte ni les sportifs, ni les matadors.

26 mars 2014

101ème anniversaire de la naissance de Paul Erdős

 « Les premiers signes de la sénilité sont quand un homme oublie ses théorèmes. Le deuxième signe, c’est quand il oublie de fermer sa braguette. Le troisième, c’est quand il oublie de l’ouvrir ! »

 66ème anniversaire de la naissance de Steven Tyler.

« Sex, drugs and rock n’roll… enlevez la drogue et vous aurez plus de temps pour les deux autres. »

 65ème anniversaire de la naissance de Patrick Süskind.

 « Une contrebasse, c’est plutôt, comment dire, un embarras qu’un instrument.  »

Hélas

 45ème anniversaire du décès de John Kennedy Toole.

« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui. »

Palindrome II (dit fornicatoire).

Emile lime une diva.
Avide, nu,
Emile lime.

Première parution in L’aubelière (N°3, février 1990)

16 mars 2014

73ème anniversaire de la naissance de Bernardo Bertolucci.

Connu surtout pour avoir révélé au beurre, et bien avant que Pôle emploi ne le révèle aux chômeurs, le principe de la reconversion professionnelle. Pôle emploi aurait pu embaucher le beurre, mais non, Pôle emploi continue ses pratiques à sec.

On notera aussi que le 12 mars est le premier jour des Bacchanales, forme d’alcoolisme particulièrement néfaste à l’espérance de vie. En 186 av. J.-C., plus de 7000 fêtards furent exécutés à Rome, payant ainsi relativement cher leur addiction.

On ne s’emmerde pas à 82 ans.

J’aime le fruit de l’homme
Sur quoi je peux poser
Mes lèvres et mes mains

J’aime cueillir la grappe
Et m’enivrer de sève
Dans la fournaise des vendanges.

J’aime tout prendre, et rien donner

Alice Godel

in L’aube ne ressemble pas à l’aube

Clef two-factor authentication