Soucis ménager ?

Plus d’eau…
DSC04032

Un petit coup de photoshop…
DSC04032-modifie

Maïeutique érotisme

-Jean honoré ?
-Appelle moi Fragonard, c’est plus joli.
-C’est quoi l’érotisme ?
-T’es vraiment un petit…

Bon, regarde :
Celle la, tu la baises ?
vierge noire

Et la même, comme ça ?
vierge noire couverte
Allez, je t’offre un verrou.

Astronomie mythologique et autre

dantelle du cygne.

M51.com

la lyre

M13

jupiter et satellitesNuit :de la mort, nuit de la vie ? Je ne suis pas François. Nuie, nuit, suie, suit ?

3 soirs d’astronomies.

Sur une fin de soirée avec la « dentelle du cygne ».
Après s’être offert « m51 » (Whirlpool).
Prédédemment : la nébuleuse de la lyre!!!, dans Véga. (je n’aurai jamais cru pouvoir la voir, même si je sais savoir ou elle est en 5 secondes).
Puis, M13: magnifique amas. ( j’y aurai bien passé le reste de la nuit, à rêver. ):

Pas eu le temps de tout voir : ça prends du temps…

Et sinon des réglages sans intérêt (pour un lecteur X : collimater un 200 / 120 sans laser, aligner un telrad ?,franchement, autant parler d’un canard aux olives, ou d’un Puligny Montrachet) Non ?

Le catalogue « Messier » monsieur! le catalogue « Messier », c’est le plus simple, un des premiers sûrs,(ils y en existe bien une 20aines d’autre. Messier repère environ 110 objets qui ne peuvent être que des galaxies ou des nébuleuses (pas d’étoiles, ni de planètes, que le ciel profond quoi)
J’y passais la nuit, enfant, dans ces livres.
Hier il faisait plutôt très frais ( et j’étais peu vêtu) j’avais donc (normalement) froid. Mon amie dormait. j’ai décliné bien des heures d’attentes, pour transformer 30 ans de désirs en 5 heures de plaisir.

Observer, c’est (très) difficile: Tu observes, mais ton œil n’est pas adapté, n’as pas apprit, et tu ne vois presque rien ( seulement les gros détails disons) Après du temps (pas mal), tu vois 2,4,8 fois plus de détails. Mais dans le froid et à point d’heure tu tremble (c’est épuisant chercher, régler, et observer). Et trembler : pour voir les détails, c’est dur (comme au microscope : un néophyte ne voit qu’un dixième de ce qu’un œil qui a appris repère en des années, mais des heures par jours devant un oculaire, ça fatigue.

Évidemment, pour la qualité des photos, le site de la Nasa est nettement supérieur, question « beauté » des images caméra, logiciels… Mais celle d’hier, les « M » quelque chose, de mon petit téléscope, je les vu, en vrai, avec mes yeux. Galilée » a du sacrément bander.

J’ai eu 5 heures de courage pourtant, et la galaxie d’Andromède se levait
Mais je n’ai plus 20 ans. Le ciel n’était plus assez parfait, je tremblais tant de froid et de fatigue qu’il ne servait plus à rien d’essayer (rarement écrit d’aussi grosse litote), d’espérer cette image.
Pour l’émotion du ciel, et le contact humain, par contre…

PS: pour les insensibles à la science, il existe de très beaux livres qui racontent pour quoi la grande ourse est là, là haut.
Pauvre Callisto. Vierge au service d’Artémis, que « Zeus », (malgré les précautions du père de Callisto, pas con pour un sous : père, lucide, mais impuissant ) Callisto donc a été violée par l’autre abruti obsédé mais qui fait notre mythologie. Le père de la demoiselle, « Lycaon », roi d’Arcadie… a bien tout fait pour protéger sa fille, il a dit quelle n’était pas la, malade, etc… mais un dieu, en général, on lui dit non? ( Surtout s’il insiste et repère les excuses bidons). Il a vraiment tout fait au mieux, mais Zeus, c’est Zeus, parlez en à Gabriel. Ou aux tas d’autres « cons inventée» : dieux ou pas ( disons avec des ailes ou des pouvoirs).

Artémis dont la jeune Callisto était à son service, prêtresse, uniquement entourée de jeunes vierge, évidement, lui a demandé de se baigner, avec toutes ses « nymphes », un soir de printemps. Elle n’a pu refuser un bain nue avec ses copines. Enceinte, ça doit pouvoir se cacher un peu, mais quand même. ( entre parenthèse, j’y aurais bien fais un tour dans le lac).
Artémis : déesse, n’a pas aimé ce constat. Pas du tout. En bonne(?) déesse, elle a transformé la jeune Callisto en ourse et l’a condamné à errer dans les bois le reste de sa vie. En laissant quand même la vie à son fils Arcas, à la garde de Lycaon (son beau père ?, enfin le roi)
Un batard. De Zeus, mais bon. Bien élevé, respecté, et qui traînait souvent, avec son arc, dans les bois alentours pour chasser.
Un jour, il voit une ourse approcher.
Pas l’air méchante mais enfin, les ours…
Et elle s’approche encore. Il s’inquiète, et se prépare à se défendre. Elle se rapproche jusqu’à le caresser et finie par lui lécher la figure.
Armé, doué, inquiet, il s’apprête à la tuer.

STOP !
ZEUS ARRIVE : IL CALME LE FILS, LE DESARME ET RACONTE TOUTE L’HISTOIRE.

Essaie (comme d’habitude) de se faire pardonner.
Il mets l’ourse dans le ciel. (C’est comme ça que Zeus fait quand il a foutu la merde ou qu’il est en colère: il t’envoie au ciel. ). Et par principe, avant de se taper Léda, ou Europe, et tant d’autres (désolé du cynisme), colle avec arc et flèches, juste à côté dans le ciel, le fils, Arcas: « le Bouvier », juste histoire de protéger sa mère d’Hercule (et d’autres): je préfère ne pas détailler les motifs. Comme dirait Brassens: « Ma mère m’interdit de le dire ici ».

(Sinon, pourquoi là, à cet endroit, avec 2 chiens de chasses? , il y a de la place ailleurs dans le ciel, non ?
(Ben techniquement c’est la qu’il a le plus de chance de la protéger.)

Allez.

Un autre jour Cassiopée, Persée, Céphée et Andromède, et…
Ou pas.

Et les petit noms d’étoiles rigolos (rigolos hein, pas la mythologie grecque arabe chinoise ou indienne, il faudrait des années même si c’est magique et poétique). Un autre jour.

Allez si quand même, ce soir : « le Dauphin ». Pour rire.
les 2 étoiles principales de la constellation du dauphin, c’est « sualocin », et « rotanev »
Niccolò Cacciatore est l’astronome qui les a nommé.
En latin, il se prénommait Nicolaus : inversion : Sualocin
Son nom c’était Cacciatore : traduction chasseur. En latin, chasseur, c’est venator, et venator à l’envers, c’est « rotanev ».
Pour rire voilà, c’est tout.

Ps : Il y a d’autres versions pour Cassiopée, j’aime bien celle la.

Penser ? Je ne sais plus. Classer : on fait doucement. Entre 4 et 5 grammes, s’est encore merveilleux que je fasse si peu de fautese

Des semaines que je classe.
Trop ( beaucoup ) de livres, finissent par rendre l’affaire titanesque, surtout quand
on a l’esprit d’escalier, et, qu’a peine couché, on se relève parce que non,non, un Calvino du »seuil », décidément, on ne le met pas avec les autres : (drame…). Avec les seuils, bon dieu, ou ils sont alors ? Je vais pas le noyer dans l’Oulipo (faut tout déclasser alors?), et il faut vérifier (encore, encore et encore). Tout vérifier, les ordres alphabétiques, les catégories, les dates… MERDE tout Queneau est aligné, 50¹ cm, je parle même pas de ce que j’ai offert, et ni surtout de la petite cosmogonie portative ( pas, classé, sûr, : au chaud, faut bien que le la retrouve très très vite ( et rangé ; franchement, c’est pas le meilleur moyen) (ça s’aligne au fait, Perec?(genre Esartilunoc?) ( Alors? voire la vieillerie des couvertures, histoire de faire joli, je ne sais mais ça tourne au « débile ») !
Impossible.Et avant de se recoucher….
Et les…les.

Non, je n’irais pas plus loin : les livres, je les lis, je ne vais pas en plus les écrire.

J’ai simplifié du coup :
Petit, ridicule, dans un premier temps.

Que mettre au chiotte ?

– Un c’est petit, et je ne mettrai pas d’autre tablettes.
– Deux c’est ciblé , on chie, on a déjà une occupation sérieuse.
– Trois, technique, c’est mal foutu, la tablette est derrière les toilettes, et me brise les reins si je décide de choisir.
Donc:
Il faut de prime abord, décider celui qu’on posera devant, sous peine de chier à regret.
Donc:
Ce lieu se doit, plus que les immenses rayonnages, particulièrement soigné.
Déjà plusieurs impératifs, réalisables, peu, à ma portée »

Que lire au chiottes ?
Les trucs rapides, envolés, fugaces, olé olé.
Envoyé :
– Aphorismes (, pensées genre Dac, mieux Wilde)
– Desproges: un petit, mais il faut changer souvent, et du coup, chercher ( ça tombe bien , je les ai tous remis au même endroit.
– Un truc de cul (enfin… moi, c’est « Eloges des femmes mûres : :disons c’est du cul de mon age…)
– Un bazar vite lu qui te laisse pantois : Borges, au choix, ou… Fantes tiens.(Un Borges, un Borges : Ho : Ho, on se calme : pas le livre de sable, on fait simple hein : Six problèmes pour Don Isodro Parodi, et un par un encore.

– Miscellanées oh oui ! : on oublie tout à chaque étron, on redécouvre le diamètre de –
la terre, et pourquoi pas le cola-cola ou les grades de l’armée romaine.
– Ce ne suffit pas : poésie : par coeur, on les sait alors… aucun effort. Toujours un volume neuf d’alcool, de Villon, de Ronsard, et ma foi, le Cid. ( bien plus vieux celui de Villon, il n’est pas neuf, mais bon…( et l’intégrale surtout)) Par fois, Rabelais l’a dit bien avant moi) les émouvances du cerveaux priment.
Et puis ?
Dans un coin, loin (hors de portée en fait): des journaux politiques ( il en faut pour tous, et il n’y a qu’au chiottes que la merde ambiante prends vraiment sens.)

A oui, sinon, des copies poches de « collectors » Eux, ils sont bien rangé, chez eux. INDISPENSABLES ! C’est pour ça que j’ai tant de doubles. Allez vous vous levez vous, pour traîner cul nul dans le salon ? Avec la merde au cul ?

Si pas mort, demain suite.

1. Putain ! Menteur. J’ai vérifié, je vérifie (presque) toujours.
38 cm de Calvino ( enfin, rangé « avec » les Calvino ». Et encore, ben oui, il n’y a pas « Sous le soleil jaguar » ( bof, à oeuil: 8 mm), mais trop grand ( bon dieu que parfois on est con !) il traine de toute façon( il brille : je n’aurai pas de soucis.

Suite …

– « Une pinup auburn qui chatouille mes burnes »
Ca vient de loin.
Et c’est tiré par les cheveux ok, je m’en doute.
Juste un alexandrin, qui rime (en plein milieu) àl hémistiche. (j’ai un faible, là).
Sinon, je ne me serai pas levé.

– Pas levé. Juste à penser.

Bourré.
Alors.
– Tais toi
Ou taille toi les veines
Et fait pas de fautes à « veines »
– Pourquoi, ça saigne, les fautes ?
– Recule.Tu t’es levé, alors raconte.

Recule. Le début.
Ben rien, de.
Des femmes.
Enfin, rien…
Tu l’as dis, des femmes donc, rien
Pas dit donc, merde.
Pas dis ok, j’efface ? (mais oui efface, mais oui, je vais trop vite, et tu veux noter ça?)( déja à trop, j’ai mais trop d’ »s », et a « ça » une poignée de « z » cool ::c’est toi qui note, moi : je «pars en vrille : » point)
Je me suis pas levé pour rien.
Je laisse.

Bon,le cutter, je le pousse
Et j’écris ?
Ou je taille ?
Tu ne t’es pas levé pour rien, bordel : c’est toi qui le dis

Je pousse ok, ok. Je pousse

Allez… le début
Mais merde, je sais plus, je dormais.
Sans blagues.
Non, il y avait en boucle un truc de Bach
Cadeau de l’ami
Un truc ?
Passion, selon, je sais plus : Saint quelque chose, hongrois, ça pulse : Matthieu

Bon, cool… Regarde pas ce cutter, regarde pas je dis ! Raconte !
Rien merde !

Pose ce verre
-Ta gueule !
Quoi tu veux !
-Pose ce cutter, et pose ce verre, c’est tout.
-Tu piges que je m’en fous ?
Tu piges, connard ?

-Te parle pas comme ça.
Tu te recouche ?
-Fatigué

Suite ?
On verra: pas sûr que je m’zn souvienne. déjà les « e » font des « z »

– Non. 6…

Effet secondaire ( en clair : perdre Harrison, ça me fout les boules, et j’ai plus que quelques kilos de papiers!!! Merde: je l’ai pas vu. Jamais? Faute d’avoir choisi ? De toute façon Passé 1,5 litre de bourbon, je ne tiens plus la route.

Si je dis « Malade mental », je vois bien que ça ne passera que mal. Alors, ok, je ne dis pas.
– Non. 6…

Maïeutique Je d’avant

– « Mes pichets, monsieur, tiennent le litre. »
– Tu lis quoi la ?
– « Les copains », un truc de Jules Renard.
-C’est Romain, Jules. Renard… (enfin, mets lui le « s »)

Pas écrit.

Trois Modigliani

Devant.

modigliani_amedeo_5modigliani_1758353awp95205798

J’ai couché avec la première
Aimé celle du centre.
Je cherche la dernière.

Trop de notes.

27 mars 2016

Journée mondiale de la procrastination.

C’était avant-hier, il m’a fallu un peu de temps pour ne pas décider de la fêter.
Et puis, Audiberti m’emmerde. Je ne sais pas ou classer ses œuvres. En ces jours d’ordre, je le traque dans chaque rayon improbable, et quand je l’ai débusqué, le repose au même endroit, faute de meilleure idée qu’inclassé.
Alors, il se fera son anniversaire tout seul, entre « Comment acquérir une super-mémoire » que je garde parce que j’ai oublié que c’est sans intérêt mais surtout parce qu’il est du au docteur Jacqueline Renaud, et « l’aveu », qui aurait bien sa place ailleurs, mais on ne sait jamais, s’il faut avouer, autant avoir une super mémoire.
Il y avait bien Jacques Bens aussi, dont j’aurais pu fêter le 85ème anniversaire, mais de l’Oulipo, c’est un de ceux dont je dis « oui bien sûr ! » alors que je n’en ai presque rien lu. Par égard pour sa mémoire, j’ai laissé tombé.

Pas le temps de rien fêter hier, et surtout pas la définition du mètre : En équilibre instable, au milieu d’une paroi tellement verticale qu’on voit bien que sur l’axe des « z », on recule, on ne souhaite décemment pas l’anniversaire d’une mesure aussi relative. « Bouge ! le relais n’est plus qu’a un mètre ». Certe.

Et aujourd’hui : Gigot.
Tant pis pour Alfred de Vigny, Wilhelm Röntgen, Vincent d’Indy, Ludwig Mies van der Rohe, Francis Ponge, Stefan Wul, Sarah Vaughan, Quentin Tarentino et tous les autres.
On ne naît pas le jour du gigot, ou alors on ne s’offusque pas de ne pas être à la fête.

Maïeutique pas Faust.

– C’est quoi ce truc ? Qui c’est Nerval ?
Belzébuth !
– Tiens Satan, tu t’es déguisé ? Salut Méphisto.
– Méphistophélès, abruti, je joue, ce soir, Geute mon gars, ce soir, ne m’écorche pas.
– T’as une pèche du feu de Dieu, dis donc.
– Arrête tes blagues à cent sous.
– Geute ?
– Arrète je te dis. Je parle, alors Goethe et Geute, tu reconnais comment ?
Je lis là. Faust. En Français. Je passe vraiment pour un con, non mais ce type… cherche, c’est qui Nerval ?
– Attends, Google… Nerval… Wikipédia, voilà :
Nerval, écrivain, poète, 22 mai 1808, Paris, romantisme français,
– Romantisme ! Il me fait passer pour un con oui !
– …
Heu, tu l’as déjà dit…
– Et après ? Hein, après ?
– …
Filles du feu, Sylvie, chimère,
– C’est chez moi ça ! Il est là. Il pique tout. Je vais te le…
– Brûler ?
– Arrête bon Dieu !
Oh et puis… dégage !

Un con, vraiment pour un con. Je joue pas moi, si c’est ça.
«Vous m’avez fait suer» et puis quoi ? je sue pas moi ! «rudement»… Tsss
«Silence, animaux malhonnêtes !». et puis quoi ? Les chats, je les crame, point.
Bon, j’y vais pas, Marguerite, je me la ferai chez Mickhaïl.

Comment finir au lit.

Je viens de relire « Le joueur d’échecs », de Zweig; ma mémoire est un avantage, comme j’oublie, je n’ai besoin que de peu de livres.
Aussitôt, je sors un échiquier (le grand, c’est plus joli) et je prends une raclée avec le plus faible des automates cybernétique que je trouve.

Je file chez Gibert
(c’est une expression : filer, en ligne
       (c’est aussi une expression : en ligne, c’est sur le net,
              (c’est encore une expression : le net, c’est la toile,
                     (c’est toujours une expression : la toile, et puis zut :
                     c’est pas du lin ni du chanvre, débrouillez-vous),
              pas le propre),
       pas au téléphone),
c’est cliquer, pas se prendre pour la belle au bois dormant).

Et je cherche « échecs ».

Gibert, qui me connaît depuis des lustres (c’est une expression…)
me propose « Toute l’histoire de mes échecs sexuels ».

Je vais me coucher (c’est pas une expression pour « capituler », c’est dans mon lit, simplement).
Seul.
(Quand je suis seul, je me contemple : je suis « Pat », c’est toujours ça).

21 mars 2016

Il y a deux ans, suffisamment d’anniversaire ont été proposés dans ces pages. Nulle personne sérieuse n’étant né depuis (ou leur célébrité Wikipédienne non encore avérée), je vous renvoie à cette note dont vous pouvez éventuellement fêter la 2ème année de présence, y constater que Raoul Vanegheim et Gary Oldman sont un peu plus âgés mais toujours en vie¹, contrairement à tout ceux qui sont restés mort(s), et subodorer que d’ici peu, la loi Waldeck-Rousseau risque fort d’être enterrée.

Quand à moi, abandonnant poésie et trisomiques, je fais, avec les polonais, l’école buissonnière².
ecole-buissonniere

1. On est pas loin de la tautologie.
2. J’en conviens, c’est une façon un peu sournoise de justifier mon orthographe débile.

20 mars 2016

Journée des plagiaires.

205ème anniversaire de la naissance de Napoléon II.
Il plagiera effrontément le nom de son père, ne modifiant qu’un chiffre.

168ème anniversaire de la naissance de Théophile Poilpot.
Son « Iza à Sainte-assise » plagie¹ éhontément « Le déjeuner sur l’herbe » de Manet, mais, afin de s’assurer l’approbation benoîte du bourgeois, il transforme une indécente partie carrée en un galant rendez-vous dans les bois.

83ème anniversaire de l’ouverture du camp de concentration de Dachau.
Les plagiats, par anticipation ou pas, sont innombrables. On s’approche ici du pillage. On peut citer ceux de Cuba et du Transvaal, premières et désordonnées tentatives ( par anticipation, les plagiats sont parfois brouillons), et une cohorte de soit-disant perfectionnements destinés à cacher la copie, due à moult allemands impudents.

74ème anniversaire d’un honteux plagiat par anticipation, sans nulle tentative de camouflage  : le général Mc Arthur pille « Terminator » avec un « I’ll be back » cynique.

46ème anniversaire du naufrage d’Othello, et accessoirement de la perte de 1 million 700 mille² pleins de Clio diesel, sous les glaces suédoises.
Plagiat ridicule du Torrey Canyon , qui lui, nous a débarrassé en badigeonnant les cormorans anglais, de 3 millions 333 mille 333 pleins de la même Clio, plus de quoi remplir un jerrican, au cas où.

Et je ne parlerai pas des Vikings, imitant grossièrement les prussiens de 1870. Paris a détesté les deux.

Nota : l’an prochain, même jour, même chronique. Je changerai juste les nombres devant « ème anniversaire », et j’inverserai éventuellement cynique avec éhonté, ou impudent avec ridicule.

1. Voici les preuves, concernant le forfait de Théophile :
dejeuner-herbe-manet

iza à Ste assise

2. Quand il y en à 700, c’est un crève cœur de ne pas avoir le droit de mettre un « s » à mille.

18 mars 2016

Journée déprimante.

18ème anniversaire de l’autodissolution des Fractions armées rouges.
Que faire désormais de mon MP5 ? Le revendre, il sont 72 pays à l’utiliser.

D’après Wikipédia, 68 individus « célèbre » sont nés après moi. Combien de temps devrais-je attendre encore, et pourquoi Arnaud Lagardère, qui n’a vécu que 64 jours de plus que moi, gagne exactement 111,111111… fois plus alors qu’il n’est que 1,0032 fois plus âgé que moi ?

Et que dire du 158ème anniversaire de la naissance Rudolf Diesel le jour même où, 196 ans avant, sur une initiative de Blaise Pascal, étaient mis en place les premiers transports en communs, propulsés par de vrais chevaux, eux (Quelle est l’empreinte carbone du crottin, au fait ?).

Quant au 172ème anniversaire de la naissance du massicot, son inventeur, Massiquot, n’a du qu’apprécier modérément qu’il lui tranche le « qu ».

Maïeutique arc en ciel

Je suis vert.
J’étais noir,
l’humeur a virée à l’orange,
et j’ai vu rouge.
Je lui ai filé un marron.
Devant son bleu,
elle a rit jaune.
Sûr que c’est pas la vie en rose,
elle en voit de toutes les couleurs.

Maïeutique disparition.

 »
Zzz zzz zzz zzz
Zzz zzz zzz zzz
Zzz zzz zzz zzz
Zzz zzz zzz zzz

Zzz zzz zzz zzz
Zzz zzz zzz zzz
Zzz zzz zzz zzz
Zzz zzz zzz zzz

Zzz zzz zzz zzz
Zzz zzz zzz zzz
Zzz zzz zzz zzz

Zzz zzz zzz zzz
Zzz zzz zzz zzz
Zzz zzz zzz zzz
 »
– Mais c’est quoi Georges, ce truc ?
– Ben Raymond ?
Raymond ?
Bon :
C’est mon sonnet dit « du moustique ».
Lipogramme en a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, et y.
Et, gâteau sous la cerise, holorime.

– Ouais…
Holorime, ça règle le problème des alternances, si on admet a=b=c=d=e, ton « zzz zzz zzz zzz » en fait.
Le lipogramme, j’entends, mais des comme ça, t’en feras pas cent mille milliards. Moi, j’attaquerais moins dur.

– Heu…
– Voilà, « e » par exemple.
– Putain cool mon gars, sûr! Bon, moins vingt, j’y vais. Salut, à plus.

19 février 2016

2ème anniversaire de la naissance de ce blog.
Je n’aurais jamais pensé qu’il aille aussi loin.

14ème anniversaire de la rétrogradation de Bernard Loiseau dans le Gault et Millau.
Il passe de 19 à 17.
Plus tard, le guide Michelin lui enlèvera SA 3ème étoile.
Du coup, il se suicidera. Décidément, ces cuisiniers sont tous les mêmes. Faut-il se marée ?

36ème anniversaire du décès de Bon Scott, étouffé dans son vomi. Décidément ces rockeurs sont tous les mêmes. Que faut-il, là ?

23ème anniversaire de la naissance de Julia Saner, mannequin de son état.
J’espère qu’elle va reprendre du gâteau 2 fois : sur ses photos en pied, on dirait une rayure.

Maïeutique emballage.

– Et merde, celle là aussi colle mal.
– C’est demain le lancement ?
– Oui, c’est demain, oui !
– Tu sais quoi ? On n’a qu’à écrire dessus « ouverture facile » mec, c’est tout.
– Pas con…
Génial même !



– T’as vu ? Aujourd’hui qu’elle est plus sèche, c’est du béton…
On fait quoi pour le slogan ?
– Laisse.

Maïeutique Brasil

– Bonjour, je souhaiterais récupérer mes effets de valeur personnels. Il doivent être au coffre.
– Heu, le coffre… C’est peut-être le coffre du service, hein, alors il faut attendre le responsable, hein. Ou c’est peut-être au coffre de l’accueil, hein. A moins que ne soit celui des urgences, hein. Il faut attendre le responsable, mais je ne sais pas quand il doit venir, hein. Ou alors, essayez d’aller voir aux deux autres, hein. Et surtout, pensez à prendre votre carte d’identité surtout hein! N’oubliez pas hein ?
– Merci.
—–
– Bonjour, je cherche l’accueil.
– Ah, désolé monsieur, c’est parce qu’on est en travaux, ils l’ont déplacé : ne suivez surtout pas les flèches, c’est tout droit par ici là, puis à gauche et juste avant au fond, à droite, un truc en verre, mais il n’ont pas encore mis le panneau. Enfin, vous verrez bien, il y a des hôtesses, et sûrement la queue devant.
– Merci.
—–




– Bonjour monsieur.
– Bonjour, je souhaiterais récupérer mes effets de valeur personnels. Il doivent être au coffre.
– Il n’y a pas de coffre ici monsieur, c’est juste l’accueil. Essayez d’aller voir aux urgences, ou dans votre service. Aux urgences, cherchez l’accueil aussi, ils vous diront.
– Merci.

– Bonjour, je souhaiterais récupérer mes effets de valeur personnels. Il doivent être au coffre.
– C’est juste là. Vous prenez ce couloir, en face, au fond, vous voyez la porte ouverte, c’est les cadres, c’est eux.
– Merci.
—–
– Bonjour, je souhaiterais récupérer mes effets de valeur personnels. Il doivent être au coffre.
– Euh… Le coffre, c’est pas nous, il faut aller au fond, par là, vous voyez, puis à gauche, et puis suivre le fléchage « accueil urgence », mais attention, pas l’accueil principal des urgences, l’autre, celui par derrière. Au fond, à gauche, là bas, puis à droite, puis au fond : vous prenez un autre couloir encore, à gauche, le dernier. C’est l’avant, non, le dernier bureau, à droite.
– Merci.
—–
– Bonjour, je souhaiterais récupérer mes effets de valeur personnels. Il doivent être au coffre.
– Bonjour monsieur, le coffre, c’est pas nous. Vous êtes passé devant : repartez, c’est à droite, le premier : bureau des « ticket repas », mais je crois que c’est écrit « caisse » sur la porte.
– Merci.
—–
– Bonjour, je souhaiterais récupérer mes effets de valeur personnels. Il doivent être au coffre.
– C’est bien là, voyez ? Vous avez…
– Voilà ma carte d’identité.
– Parfait, parfait.
Et puis le formulaire, s’il vous plaît, voyez ?
– …
– Le formulaire que vous avez signé, voyez ? Enfin vous avez signé les 3, voyez? J’ai bien l’original voyez, mais bon, je suis pointilleux, voyez, et j’aime bien avoir la copie, pour les agrafer, les 2, voyez ?.
– Merci.
—–
Re-bonjour, mes effets de valeur personnels sont au service « ticket repas » du CHU, aux urgences, mais il me faut la copie d’un formulaire.
– Un formulaire ?
– Un formulaire que j’ai du signer.
– Attendez, hein.



A voilà, ben j’en ai 2 hein, alors hein, ben: il veut le jaune, ou le bleu ?
– …
– C’est embêtant… Bon, écoutez hein : prenez les deux, mais surtout pensez bien à me ramener l’autre, hein.
– Merci
—–
Re-bonjour, voila les formulaires. Et ma carte d’identité. Il faut me rendre un des deux formulaires, pour le service.
– A parfait, voilà ! Voyez, c’est le jaune que je veux, pour l’agrafer avec le blanc voyez ?
Ah, voilà, voyez ?
Alors alors… On a dit : une carte de crédit, voilà, voyez? 20 euros : 5, 5, et 10, voilà, voyez? 11 tickets de tram : 1,2,3,4,5,6,7,8,9,10… et heu, ha ! 11, il s’était collé, voyez? Juste une seconde, voyez, je fais une photocopie de votre carte d’identité dès que la photocopieuse voudra bien, voyez?




– Bon écoutez, la photocopieuse ne marche pas, voyez ? Vous voulez bien aller dans le bureau, au fond du couloir, ma collègue vous fera la photocopie, voilà. Voyez ? Le bureau tout au fond, à gauche, voyez ?
– Merci.
—–
– Bonjour, la photocopieuse de votre collègue du bureau des « tickets repas » ne fonctionne pas, il voudrait que vous lui fassiez une copie de ma carte d’identité.
– Des « tickets repas » ?
– Le nom indiqué sur la porte du bureau est « caisse ».
– Ha oui, bien sûr. Je vous fais ça de suite.



Voilà, je suis à vous monsieur.
Heu…
JEAN ! LA PHOTOCOPIE DE LA CARTE D’IDENTITÉ DU MONSIEUR ? RECTO VERSO ?
– NON ! JUSTE UN COTÉ !
– LEQUEL ?
– CELUI OU IL Y A SA PHOTO, TU VOIS ?
– Voilà monsieur.
– Merci.
—–
– Re-re-re bonjour. Voilà la copie.
– A voilà! Parfait, parfait! Voyez ? Tenez : vos affaires monsieur, voilà, voyez ? Et l’autre formulaire, pour votre service, voilà, voyez ?
– Merci.
—–
– Re-re-re-bonjour, je viens vous rapporter le formulaire bleu.
– Ah, c’est le jaune hein, alors, qu’il faut leur donner hein ? Merci, dépêchez vous, hein, le repas a déjà été servi.

fiche inventaire

Psychiatrie

Centre médico-psychologique, pôle addictologie.
– Soigner le mal par le mal.
dopage contre le dopage

– Poubelle.
poubelle cmpb

Maïeutique smiley

– Madame ? Monsieur De Vinci est absent.
– Et quoi ? Je ne vais pas passer mon après-midi ici. C’est les soldes on m’attend.
Barbouillez ! Il saura bien affiner.

harrison harisson

Ce n’est pas si difficile, de se donner la mort. Au fond, il ne suffit que d’un peu de patience.

Ps :« se donner ». c’est juste drôle. Quel cadeau.
Je vais boire, avec Harisson ( les « r » et les « s »…)

Maïeutique Haïku

– Regarde Masaoka, ce que j’ai trouvé dans cette malle.

Hai Kai

– Oh ! C’est beau comme un poème.

Maïeutique réveillon.

– T’as vu le caillou ? Il baille…

26 décembre 2015

Attardons nous sur les activités copulatoires de ce jour et pour ce faire, analysons le 26 septembre suivant, marqueur infaillible.

Sur 68 naissances rapportées ce jour par Wikipédia, 30 sont celle de sportifs soit presque 45 %

Les autres se répartissent entre écrivains, prélats, actrices, chanteuses, miss France et autres chétifs, preuve évidente de la supériorité des facultés de récupération, dans le monde enchantée des baballes.

Maïeutique œcuménisme

– C’est prêt ?
– Oui chef, les 2 bougnoules sont à l’hôtel en face, le grand a déjà l’or, l’autre se fait apporter l’encens.
– Et le négro ?
– En ville, il cherche la myrrhe dans le souk, il téléphone dès qu’il l’a.
– Les youpins ?
– A 4 kilomètres, sur la 60, et chef, vu le bide de la meuf, sûr que c’est pour ce soir.
– La supernovæ ?
– Météo-Palestine annonce un ciel clair. Avec quelques rafales, c’est chiant pour la paille, mais on s’est mis au fond.
– Les effets spéciaux ?
– Mais c’est tout bon chef ! Les effets spéciaux, les anges et tout le tintouin, j’ai briffé 3 fois les bergers… Tout est ok je vous promets.
– Je sais pas, mais il manque quelque chose.
– Chef ?
– Oui ?
– Ma femme est végan.
– Et alors ?
– Ben, elle dit qu’on est space…
– Space ?
– Enfin non spé…spé quelque chose, spéstiste.
– Spéciste bon dieu, c’est vrai ! Ramène deux trois bestiaux, gros, cons et gentils, de préférence.
Et vérifie les piles des caméscopes.

23 décembre 2015

2ème anniversaire de la mort de Mikhaïl Kalachnikov.

Cet homme est un génie doublé d’un défenseur radical de notre planète. Il est mort sans que son vaste plan ait pu être mis en œuvre1.

Mikhaïl et son fusil d’assaut nous a offert la possibilité, dès aujourd’hui, de ne plus abîmer la planète, de ne plus saccager ses espaces, de ne plus détruire faune et flore, d’arrêter le réchauffement climatique, …, bref de recréer ici un Éden, pour un peu qu’on s’en donne la peine.

Et tout ça en moins de 4 heures.

Je m’explique.

Il y a 110 millions de kalaschnikov AK47 ( et dérivées, mais n’embrouillons pas les choses ) dans le monde.
Leur chargeur contient en général 30 balles ( certains vont jusqu’à 75, mais n’embrouillons pas les choses ), précises jusqu’à 400 mètres ( et plus, mais n’embrouillons pas les choses ).
Toutes chargées, cela représente 3,3 milliards de balles, à mettre en regard avec les 7,39 milliards d’hommes vivants aujourd’hui sur terre.

Il suffit donc, en théorie, de moins de 32 chargeurs par AK47, en tirant au coup par coup bien évidemment, pour rayer de la planète la plus malfaisante des espèces vivantes et redonner au lieu ce qu’aucun écologiste n’oserait même imaginer. En clair, retourner au soir du 5ème jour de la genèse, et faire des semaines de 6.

En pratique, il vaut mieux compter 80 % de balles qui n’atteindrons pas leur cible, et donc seulement 20 % de réussite, ce qui nous amène à 11 chargeurs par kalashnikov, ce qui n’est en rien utopique.

Et pourquoi en moins de 4 heures me direz vous ?

Pour les besoins de la démonstration, répartissons les 7,39 milliards de cibles, uniformément, sur la surface de terre habitée, ainsi que les 110 millions de tireurs ( de fait, il y aura plutôt corrélation entre densité des uns et des autres, selon qu’ils se trouvent à Hongkong ou dans le désert du Kalahari, mais cela ne change ni le raisonnement, ni les conclusions ).

Chaque fantassin aura en charge de nettoyer 1,22 km² des 134 millions de km² de surface habitée, soit environ une parcelle circonscrite par un cercle de 623 mètres de rayon, occupé par 68 cibles.
Comptons 2 secondes pour viser et tirer.
Comptons 3 secondes pour ôter et remettre un chargeur.
Comptons, pour cause d’imprécision notée plus haut, 310 balles, au lieu des 68 strictement nécessaires.
Comptons 2 minutes pour trouver la cible suivante. (à Hongkong, le chiffre est évidemment ridicule, avec 130 000 cibles par km², dans le Kalahari, il faudra peut-être un peu plus de temps ).
Comptons 5 minutes de pause cigarette.
Et 2 minutes encore, avant que le dernier survivant ne se suicide.

Nous arrivons à une durée de 2 heures 30.

Ajoutons un coefficient d’incertitude de 50 % supplémentaire3 et nous voila à 3 heures 45 minutes.

Il reste un quart d’heure.

1. Le sera-t-il d’ailleurs un jour ? Face au génie l’humain ergote.
2. 2,24 pour être précis.
3. Ce coefficient sert surtout à absorber les questions sottes du genre « Et les fantassins, à la fin, ils s’entre-tuent ? Mais alors, il sont de moins en moins 110 millions ».

Maïeutique « oxymore »

– J’écris ça comment, à ton avis,
« Oh mon allègre désespoir » ?
« Allégresse désespérée » ?
« Désespoir allègre » ?…

– Tu l’écris pas, c’est absurde. Tu veux faire ton malin, mais c’est juste stupide.
– T’as rien compris, va te faire voir chez les grecs.

Agatha Christie
Alfred de Musset
Charles Baudelaire
Charles Dickens
Ernest Hemingway
Edgar Allan Poe
Emily Dickinson
Emile Zola
Georges Feydeau
Georges Sand
Guy de Maupassant
Honoré de Balzac
Leo Tolstoy
Lewis caroll
Romain Gary
Stendal
Virginia Woolf…
, un jour ou l’autre.

Clef two-factor authentication