Maïeutique du Blues I

-Bonjour monsieur, permettez moi de vous présenter mes
-Quoi man ?
-Je souhaitais hier soir me restaurer
-C’est quoi toi ?
-Pardon ?
-Humm, ton nom ?
-Shubert
et vous ?
-Johnson,
Pose ton cul. Tu veux un verre ?
Vas y explique.
-Bien je souhaitais donc, monsieur, hier soir me restaurer,
fort las d’un long voyage.
La seule auberge ouverte
-C’est ce bordel je sais, alors ?
-M’a donné.
-OK je te coupe plus.
-M’a donné vivre et couvert mais le ventre plein n’est rien, même harassée mon oreille s’est trouvée emportée. Je vous ai entendu, puis vu sur cette estrade la, avec un luth, ou une mandoline ?

-C’était… je ne sais rien, je suis compositeur, je viens de si loin et pourtant, vos notes étaient si proches.
-Proche de quoi ? fait gaffe au verre.
-Je compose des Lied.
-T’as déjà dit mec, moi je baise et j’essaie de pas me faire baiser. Enfin, c’est plus compliqué mais bon.
-Je…
-« Je » t’as déjà dit aussi, dégage, il pleut,elle va pas tarder, et c’est un super plan.
Merci pour « Lied », c’est beau, je vais garder.

Robert Johnson, Come on in My Kitchen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation

Clef two-factor authentication