Concept de pâté de tête

Au Petit Saint-Benoît, poétique bouillon sis rue Saint-Benoît, j’ai dévoré un salé aux lentilles qui m’a laissé rêveur. On ne dira jamais combien l’art de la charcuterie constitue, avec la construction des cathédrales, la signature même du génie propre de la chrétienté. S’est-on jamais demandé comment s’était forgé le concept de pâté de tête ? Car une charcuterie de cette complexité ne peut simplement résulter d’un concours d’expériences ou d’un jeu d’intérêts. Le pâté de tête, c’est la réfutation radicale du pragmatisme anglais. Il relève de l’Esprit, un point, c’est tout. Et même du Saint-Esprit, sans qui personne n’aurait eu l’idée de lier le museau avec de la gelée.

Jean-Baptiste Botul in La métaphysique du mou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation

Clef two-factor authentication