16 mai

Éloge de la tangente.

116ème anniversaire de la naissance de Tamara de Lempicka.

Peu sensible à son art, je ne vais rien fêter avec elle, mais doucement prendre la tangente. Cette belle, frayant avec des drôles décadents et fascisants , finira baronne. Mais elle a été élève de Maurice Denis. Denis, Nabi, est donc postimpressionniste, et pair de René Schützenberger. Artiste au nom imprononçable sans entraînement, je lui dois ma première raison de réjouissances ce jour, son tableau « La coiffure », for bien placé dans le Panthéon des « Tableaux que j’aurais aimé peindre ».

La première tangente, « cherchez le maître », fructueuse, je réitère. Me voilà donc avec Jean-Paul Laurens, et surprise (enfin…), « Les derniers moments de Maximilien » me propulse tout droit dans le « Dictionnaire superflu à l’usage de l’élite et des bien nantis ».

C’est donc avec Desproges que je finirai ma journée.

2 Commentaires sur “16 mai

    • Les mots me manquent.
      Et la page citée conclut elle-même par « Aucun commentaire ».
      Autre apophtegme de geek : « Il faut de tout pour faire un blog ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation

Clef two-factor authentication