22 , chap, cuba, 22 n’est pas un nombre premier, déjà il est pair…

On descendait trop vite.
J’ai repris. Dans l’ordre: ses seins, ses yeux sa bouche. Et le sextant.
A l’oeil, 70 miles avant de changer de cap.

Everybody
Love my babe

Le sextant s’est envolé, et Polaris a bougé. Trop vite.
Je suis retourné voir Cécilia. Elle ne voulais plus trop écrire, juste me reprendre.
Mais elle gardait le cap.
Bébé, je suis a l’ouest.
Non, on est au sud, et Key West, j’ai pigé, c’est dans trois heures maintenant.
« Mais ta fille elle dors , et moi je te veux. »

« Tu fais quoi sous acide ? »
J’ai coincé la barre, et j’ai enlevé son pull.
Elle a jeté le reste.
Elle sentait acre. Sûrement de deux heures avant.

J’ai encore invoqué. Road house blues, au milieu du pacifique: « Let it rool », toute la nuit.
On était grand large. Dans mes bras elle ne déconnais pas, au moins, mais pour écrire…
Le sextant s’est posé. Il est descendu : le Catalina changeait de couleurs dans la nuit.
Cécilia a gémit, puis hurlé.
« I got myself a bier 
Let it rool »
J’ai remis mon jean et le tee shirt Ramones.
Elle a repris la barre. J’ai remis le cap à 195°, stupide, ça allait nous écarter, mais le lsd, ça n’aide pas à réfléchir.
Elle l’a remise doucement à 170°.
Je l’ai rhabillé. Le string, le reste.
Elle m’a embrassé.
Je suis resté couché sur le pont.

Elle a coincé la barre.
Elle est descendu dans le Catalina.
Le vent se levait. Le bateau commençait à vibrer
Pas moyen de me relever.
La grand voile a claqué, et fait un aller.
Tout a vibré plus fort.
Cecilia est remonté, avec du café.
« Et ma coke ? »
« Dans ta poche, tu ferais mieux de dormir, ta fille elle est en bas, et elle pleure »
Elle m’a relevé.
Je suis descendu.

Oui, dans la cabine avant, Julia pleurait.
Je l’ai serré.
J’ai enlevé ses écouteurs. Adieu MC5.
« Je t’aime bebe »
Elle a relevé la tète.
« Et tu faisais quoi tout à l’heure ? »
« L’amour. C’est interdit ?»
« Juste avec moi »
« Écoute, on l’emmène, elle écrira »
« Elle te baladera surtout »
« A Cuba, on sera trois, c’est tout »
« Je ne veux pas
Juste toi »
Je l’ai embrassé.
J’ai pris le téléphone. Pas de réseau
La ou on était, ce n’était pas surprenant.
Mais Cuba, c’était plus très loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation

Clef two-factor authentication