Cuba chap 21

J’ai invoqué le lapin blanc.
Dans ma poche, il y avait encore 127 buvards.
Le ciel était limpide.
J’ai vérifié le cap :195°
Cécilia ne bougeait plus : encore 6 heures.
Je descendais trop. 126, l’autre je l’ai mangé, tant qu’à planer.
« Goog luck Mister Gorsky ».
Une phrase d’Amstrong, sur la lune.
Des années pour comprendre.
Il avait onze ans.
Et il a entendu le voisin. Enfin, la voisine.
« Connard, je te ferais une pipe quand on marchera sur la lune »
Amstrong, il y était sur la lune. Alors : « Good luck » . Houston n’a pas compris.
Je me suis couché contre elle, j’ai passé la main sous son pull, de toute façon, elle ne demandait que ça.
C’est doucement remonté ». Pas assez vite.
Je passe encore la suite.
Je me suis rhabillé.
J’ai fait comme d’habitude : je regarde ma montre, je décide: et quand c’est l’heure, je me lève.
Polaris avais baissé. On descendait.
Sextant, mesure. Avec deux acides, ça devenait difficile. Latitude il fallait descendre, longitude cuba était si large que si Cécilia tenait le cap, on ne pourrait pas la rater.
Le sextant prenait les mesures tout seul, le vent, les goélands, les poissons.
Le Catalina a tangué.
Je suis allé vérifier le compas : 195. Cecilia ne bougeait plus, collée a la barre. ?
Parfait.
Alors c’est l’acide qui me faisait bouger ?
Je me suis accroché, j’ai regardé l’eau.
Sous le bateau, une baleine.
« Cecilia » ! 
Je délire ? Viens voir. »
Elle s’est bougé, elle a regardé, et elle a rit.
« Il y a bien une baleine, vient »
« On écrit » j’ai dit . Juste on écrit.
« Arrête tes connerie, tu te souviens de ce qu’on vient de faire, et qu’on va refaire la ? »

Les deux acides, ça faisait un peu trop.
Cécilia s’est envolé aussi. La bateau a fait demi tour, et il s’est envolé aussi.
Martha avait raison : c’est pas comme ça que j’irais à Cuba.
Je me suis couché :C’est idiot je ne touchais pas plus le sol qu’une heure avant.
J’ai pas fermé les yeux, c’était déjà fait.
Et j’ai attendu.
Cecilia, le sextant,
Et la baleine.
Quand le jour s’est levé, le bleu m’a encore allumé.
Cécilia ne volait plus, elle gardait le cap.
Le sextant était à mes pieds, il ne volait pas non plus.
11:53
J’ai pris le sextant, et je me suis aveuglé de soleil. Mais j’avais l’angle. Tel calculette. On avait passé Key West, pleine mer.
« Cecilia »
Elle a enlevé son pull. «  non, sérieux, après si tu veux, là tu change le cap 
170»
Elle n’a pas remis son pull
Mais elle a tourné doucement la barre.
Le Catalina a suivi : 170 pile : putain cette fille, elle était aussi douce avec un voilier qu’avec moi..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation

Clef two-factor authentication