Cuba Chap3 ( je ne suis pas sur que l’entrainement soit si efficace)

C’est pas beau des yeux noirs cernés de mauve ?
Le mauve c’est beau, les yeux il faut les fermer et imaginer, mais le violet des chocs, ça ma fait de la peine.
Souvent j’ai du taper, je n’ai jamais aimé rendre des coups . Et aimer, c’est mon truc, alors taper, franchement ?
Julia a fini par revenir un peu dans notre monde. Et encore : « Pourquoi ?» « t’as pas » ? « NON ! 
CUBA ma chérie Cuba. »

Merde enfin  ! juste Cuba, une machine, du papier, rien d’autre ?

Quelques règles ok : en france ils on fait l’Alipou, ou un truc du genre. Et les règles, ils les inventent. Je ferait pareil.

Dans l’affaire, Julia avait perdu son Walkman, et les fils de son casque étaient déchiquetés, au raz des oreilles. Il fallait trop de chose. J’avais la nausée, à peine de quoi la calmer. Elle n’avait plus MC5, Et Julia, sans du punk à fond, elle risque encore plus de mourir.

Pas de Lincoln, mais un Ford Escalade. Au 624 A.
Une lame d’acier ( toujours dans ma poche). Ouvert.
Je l’ai doucement installé sur le cuir blanc, j’ai fermé la portière, j’ai cassé l’alarme, et je suis reparti.

Avant Cuba donc  : un walkman, ou un téléphone, des écouteurs, et surtout MC5. Ou peut-être juste les Sex pistols ou les Ramones. Pour elle.
On ne peut pas boire et pleurer, ça se mélange, et je préfère sec.
En sortant du parking, j’ai commencé a halluciner. Il y avait encore des flics, trois bandes jaune fluo , et même un fille qui tendait fièrement son badge FBI. Jolie la fille, mais trois fois que je sortais pour ma chérie, alors les filles.
Je suis passé à gauche. J’ai vomis un peu plus loin. J’avais laissé la bouteille, il fallait aussi penser à ça.

Retour direction le souk, en évitant l’arabe intelligent : une paire d’escarpins, ça suffisait.

Quand le ciel est gris, tous les immeubles sont gris, et à Round Rock, rien ne dépasse trois étages, alors le gris est encore plus gris. Personne pour le chatouiller, histoire qu’il passe au bleu, en l’air.

« Sound Texas RNB »: ça brillait sur la devanture, mais il y avait plus d’armes dans la vitrine, que de ukulele.
Je suis rentré.
Ca a sonné.
Un gros tas de chemise sale s’est bougé, avec une barbe genre ZZ top.
Cool. A la même heure, le gars avait l’air aussi allumé que moi : on devrait pouvoir discuter.

C’est la que j’ai vraiment commencé à perdre les pédales. C’était simple pourtant, cadré :
Du son pour ma chérie. Rien d’autre. Rien. Enfin, encore soif mais ça pouvait attendre.

Je l’ai attrapé au col, lui ai tapé la tête sur son verre de comptoir, 3 fois.
« Vire tes ukulélé, t’en as pas de toute façon, ça va être facile. Et le reste avec : il me faut de la musique, sinon ma chérie va mourir, et on ne sera pas deux à Cuba. »

Sa grosse tête s’est retourné sur son morceau de verre blindé, protégant dessous assez de balles pour l’enfer, ou on veut.

« Ok man cool, c’est juste une… une… décoration ? Non, une devanture »
J’ai lâché son col plus noir de crasse que blanc de coton, j’ai reculé, et je suis tombé.

« T’as une clope ? »
2 ans que je n’ai fumé que de la coke, de l’héro, ou de l’herbe. Jamais de tabac, mais là, je n’en pouvais plus.

« Tiens ».
Il avait aussi un beau briquet, et quand le carbone est passé, j’ai toussé, mais on était ( je pensais) copain.
« Tu veux quoi ? »
« De la musique pour ma femme : elle crève sinon ».
« Ok
T’es sûr qu’un flingue » ?
« Je ne sais pas m’en servir. Juste de la musique : MC5, n’importe quoi, avec Kick Out The Jams, dedans., et si, un flingue, ok, mais j’ai que des faux billets »
« Tu crois que j’ai pas vu l’encre, sur ta seule chaussette, Ils repartirons d’ici pareil tes billets ».

J’avais qu’une seule chaussette, l’autre devait être resté au squat.

Il s’est remis debout, a rentré sa chemise, sorti un morceau de sale coton qui devait autrefois s’appeler un mouchoir. Il s’est doucement épongé ce qui commençais à pisser vraiment rouge. Un miroir, derrière. Il s’est regardé, tourné la tête à gauche à droite, l’oeuil fixe, et a vérifié.
« Ne bouge pas ».
Ca ne risquait pas.
Ses bottes dans l’escalier, il devait descendre, moi, il fallait que je remonte.
Un bruit d’eau.

Après hune heure, il est revenu fringant et toujours aussi gras. Mais il avait gardé le sourire.
J’étais toujours assis par terre, sans pouvoir bouger de fatigue.
« Tiens .
Petit un :
Le truc pour ta meuf : mc5 intégrale dedans, et un plus : elle découvrira elle même.
Petit deux :
T’a l’air nul alors j’ai pris ça : la sécurité » est la.
Et trois, les balles, mais ne fais pas trop le con. »

Je me suis relevé, lui ai donné le reste de mes faux billets, et je suis reparti vers le parking, ou l’escalade et Julia n’attendaient que MC5 pour vivre, un sony dans une main, et son flingue dans le dos, comme à la télé.

Après cents mètres, je me suis posé. Un chène (au texas ?) un banc. Open le sony : son à fond, ça le faisait : « Kick Out The Jams « direct . Blocage décibel viré . Problème réglé. j’avais presque sauvé ma chérie.
Sur mon cul le métal faisait mal, alors j’ai regardé aussi, avec précautions.
« MF » ?
Petit.
J’ai cherché, j’ai fermé les yeux.
Manufrance : « Le petit français » un truc de la guerre, en Europe, avant.
Pour moi, le petit français, c’était Toulouse Lautrec, mais là, j’avais 350 grammes de mort dans la main, avec le même nom.
J’ai rangé ça, mais devant : derrière ça me faisait mal.
Et j’ai filé vers Julia.

J’ai revomi, et pas de bouteille : oubliée.
Je me suis assis par terre, et j’ai fermé les yeux.
Marc Aurèle :
« Mon Dieu,
Donnez-moi la sérénité
D’accepter
Les choses que je ne peux changer,
Le courage
De changer les choses que je peux,
Et la sagesse
D’en connaître la différence. »

Les Alcooliques anonymes.

D’abord c’est pas dans Marc Aurèle, j’ai lu quatre fois.
Il y a bien des choses, mais pas ce truc.
Alors, je me suis relevé, la bouteille attendra.
Julia, en un , et Cuba derrière.

Sur le reste du trajet, j’ai bien pensé un peu aux étapes, on ne fréquente pas ce monde sans y apprendre.
Les 12 de ces cathos ?
Les douze du chef de ces catho ?
Je suis resté sur un souvenir d’enfance : Alfred Jarry dans la chandelle verte. Et cette histoire de vélo m’a donné des ailes. C’était la seule bonne étape.

Julia dormait, sur le cuir blanc ou je l’avais posé.
Je l’ai sorti. j’ai fermé l’Escalade. Je l’ai embrassé. Je l’ai caressé. Je lui ai mi les écouteurs, et MC5 à fond. Ses yeux noirs se sont ouvert sur rien, puis encore rien, et encore rien. puis, ils sont tombé sur les miens.
Sourire. Le paradis.
Petit un gagné.
Maintenant, il fallait remettre la machine en route.

Je n’avais plus de faux billets, à défaut de vrai, et rien pour aller plus loin. Mais elle était contre moi Julia. Ni les flic, ni la poule du fbi n’avaient eu l’idée de visiter le parking, on était dans l’autre, sur un poteau de béton, au 624 A. Dans le froid des parkings et le chaud de l’amour.

Rien, sauf : « Le petit français », un trajet, et un but.

Cuba.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation

Clef two-factor authentication