Que vivent les fleurs

Sale journée.

Hier, je voulais me consoler de la perte de Jim Harisson.
Ce matin, il restait sur ma table les 3/4 de la bouteille de bourbon. Certes, ça fait des économies, mais pour parler avec Jim, il aurai fallut que, comme il y a quelques années, j’en avale au moins 5 fois plus, avant d’espérer caresser la poésie.

Toute la journée, j’ai pleuré Jean Carmé. Comme ça. A peine 5 verres de Sauvignon. Juste de quoi pleurer un peu plus, quoi.

Hemingway ok, je fais les meilleurs mojitos de France ( enfin, d’ Auvergne, ou disons de chez moi).
J’en fait même de parfait en pleine nature, devant un barbecue, avant de repartir escalader à nouveau des falaises verticales.

Essayez de faire de vrais mojitos en pique-nique.
Feuilles de menthe fraîche, sucres de canne, citron vert frais, pilon ( pas piler trop longtemps sinon la mente devient amère ) rhum agricole, eau gazeuse.
Et glace pilée. ( en aout, sous un soleil de plomb, à bien 35 degrés )
Le tout vers 13 heures alors qu’on est parti pour escalader 5 heures avant.
En plus des cordes, des baudriers, du casque, des mousquetons et des chaussons, il y en a, dans votre sac à dos, des verres, des bouteilles, des citrons verts, du sucre, et des thermos…

Ben non.

Même pas moyen de m’en faire tranquillement plus de 5, de mojitos, « Le vieil homme et la mer » ouvert devant moi, une très vieille édition nrf, alors que je suis confortablement installé dans un fauteuil ergonomique et que j’ai tout sous la main, ou dans des appareils étudiés pour.

Et tout ça pour ne pas être capable d’écrire, juste proprement.

Demains je bois de l’hypocras, et j’irai tripoter des tétons de putes, je monterais sur une table et j’improviserais des octosyllabes, ou des décasyllabes, ou je ferais l’âne avec des alexandrins avec rime à l’hémistiche. Je ne pense pas que je serais Villon, mais j’aurais essayé. Ou alors, j’irai bomber en blanc dans les rues des passage piétons, là ou j’ai envie de traverser sans me faire klaxonner.

En désespoir de cause, j’aurai bien tenté de tout abandonner avec du Southern comfort, en écoutant Janis Joplin, mais dans mon bled, personne n’en vend plus, du Southern.

J’ai tout laissé tombé.

Je suis allé regarder les fleurs chez Ricercare, le blog clodoweb. Elles sont belles ses fleurs. Toutes.

J’ai tâché de soigner les quelques unes qui acceptent de ne pas mourir tout de suite chez moi.

Et je suis allé acheter une orchidée.
On verra bien.

ps : les mojitos, je viens de m’en faire un, et il est bon. Mais comme c’est déjà demain, il n’en restera toujours que 5, hier. Enfin, bonsoir Ernest.

2 Commentaires sur “Que vivent les fleurs

  1. Le Southern Comfort est toujours moins bon que l’idée qu’on en avait gardée.
    Et la vodka néo-zélandaise à la goyave pire que ce qu’on imaginait…
    (Écrit en buvant une dark ale « Adnams Tally-Ho » et en écoutant des cantates pour soprano de Bach)

  2. Pas dit que j’aurais le temps de jouir de toutes les cantates.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation

Clef two-factor authentication