Apprenez à draguer. (Chronique des vastes fièvres)

Extraits d’une conférence provisoire.

Le (donc la) grec (que) offre à qui veut bien s’en emparer, des ω, des ω , des ω à toison foison, des ώ mêmes, délicieux de magiques tatouages lombographiques.
Voire, parfois, des ε.

[…]

– « Raconter n’importe quoi » :« πω τίποτα »
– « Raconter » : « πείτε »
– « N’importe » : « κάθε »
– « Quoi » : « τι »
Il semble plus intéressant, pour approcher, prendre, apprendre la Grecque, de « raconter n’importe quoi », on est d’entrée ( à pi près) dans le sujet, qu’ânonner juste « quoi ?».

[…]

Quand aux
– « Vous êtes belle » : »είσαι όμοφη »
– « Je vous aime » : « σ ‘αγαπώ »
– « Je vous désire » : « Σας θέλω »
Deux semblent bien se conclure. Cela reste sommaire.

Oubliez immédiatement, en revanche « bonjour » ( καλημέρα), c’est quoi ce «ρα » après ce joli «έ » ?
Oubliez « vous habitez chez vos parents »(Ζεις με τους γονείς σου;) , et pire « vous marinez chez vos harengs » (Το μαρινάρισμα σε ρέγγα σας)
Oubliez cul, seins, baisers
( γάιδαρος )
( στήθος )
( φιλιά ).

Seul, peut-être,enlacer offre une perspective. (αγκαλιάζω)

[…]

Merckel, contre toute attente, nous offre deux beaux ε.

[…]

Résumé (provisoire) : TOUJOURS en rester humblement à l’oméga. Et, oxymore pardon, c’est mieux en minuscule, surtout s’il est majuscule.

Si je passe la nuit, demain : le babylonien, c’est moins joli, mais les barbares ne sont jamais équivoque.

440px-Babylonian_numerals

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation

Clef two-factor authentication