Résolution d’un paradoxe

En exclusivité, et avant que « Nature » publie les travaux de l’équipe du Professeur Thomas Stilton, une image extraordinaire.

Tout le monde connaît l’expérience de pensée du « Chat de Schrödinger »1.

L’idée est que le chat, tant qu’on ne l’observe pas, se trouve dans deux états superposés, mort et vivant à la fois. C’est l’observation qui provoque le phénomène de décohérence2, et que l’on observe tantôt un chat mort, tantôt un chat vivant.
Mais la durée de cette opération, quoique très courte, n’est pas nulle. La décohérence n’est pas immédiate. Et tout le génie de l’invention de Thomas Stilton est, en utilisant les propriété des trios de photons intriqués3 4, d’obtenir des images de cette décohérence.
A l’ouverture de la boite 4 500 000 photons touchent, au même moment5 , les lieux ou il y aura soit chat-vivant, soit chat-mort, transmettant instantanément l’information à leur deux jumeaux du trio intriqué.
Avant la décohérence, il n’y a rien à « observer6». Après ouverture de la boite, tout sera dans un seul des deux états. L’appareil de l’équipe des laboratoires de Jouy en Josas permet déjà de prendre des images successives non du chat(?), mais de son enveloppe de photons intriqués. Actuellement la puissance de calcul disponible autorise 2 millions d’images par seconde, mais le Professeur pense qu’au vu des résultats, des crédits devraient lui permettre d’acquérir des machines autorisant un doublement de ces images, ainsi que du nombre de photons.

L’image que le Professeur Stilton a bien voulu me confier, est dans la série de celle que j’ai vu, la plus impressionnante. Le chat ( celui la est vivant, paix à l’âme des autres ) est au milieu du phénomène de décohérence, et par chance, celle çi a commencé par le museau.

Schrodinger_0001

1. Sinon, vous trouverez une brève explication suivie de considération philosophico-mathématico-physicienne ici http://fr.wikipedia.org/wiki/Chat_de_Schrödinger . Elles sont largement suffisante pour le propos.
2. Ibid :http://fr.wikipedia.org/wiki/Décohérence_quantique.
3. Ibid :http://fr.wikipedia.org/wiki/Intrication_quantique.
4. Il faut rendre ici hommage aux  physiciens de l’Université de Toronto (Jeff Lundeen, Morgan Mitchell et Aephraim Steinberg), qui ont réussi à produire ce trio en mai dernier : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/20979.htm
5. Lors de l’introduction dans la boite, le chat est immobilisé par une faible injection de curare.
6. L’état mort-vivant n’est pas observable. Thomas Stilton suppose que les partie du chat non encore décohérées ne se différencient pas, comme le reste du cliché, non-chat, d’un gris grumeleux. Le concept d’imagerie d’un « vide quantique » ne lui convient pas comme terme, « Tout est à cet instant, y compris le reste de l’appareillage et la boite elle-même jusqu’à son bord extérieur observable, est existant-non-existant. » explique-t-il. Dans une prochaine série d’expériences, il projette d’observer la décohérence du marteau, de la fiole de cyanure, jusqu’à celle de la particule radioactive déclenchant la mort du chat lorsqu’elle est émise.

4 Commentaires sur “Résolution d’un paradoxe

  1. C’est ce qu’on appelle un « lolcat » selon l’équation de Félix Lolcat de Fotochope.
    Un jour j’ai eu le malheur de parler du Chat de Schrödinger à une amoureuse fondue de ces sacrés félins : le pauvre Erwin a été maudit pour des siècles et des siècles avant que je n’eus le temps de lui expliquer qu’il s’agissait d’une métaphore dans la mesure oú le quanta ne peut se vulgariser que par un tel truchement et que le sage Schrödinger fut capable de tout sauf de faire du mal à une mouche et à fortiori, un chat.
    A propos d’Erwin, je vous conseille la lecture (si ce n’est déjà fait) de son bouquin ahurissant titré : Qu’est-ce que la vie ? Et qui fut longtemps mon livre de chevet.
    Sinon, je pense que la physique quantique ne va tarder à faire parler d’elle, tant dans le domaine de l’informatique que de l’énergie (…)
    Désole d’avoir été si long. Bien à vous.

  2. J’ai longtemps été tenté de renouveler l’expérience de Shrödinger avec mon ex belle mère en lieu est place de chat. Mettre quelqu’un dans un état ni mort ni vivant, n’est ce jour, pas considéré dans le code pénal, comme un crime. Mais allez convaincre un agent des forces de police de ne pas ouvrir une boite, au motif de théorie quantique, celle la même qui autorise le fonctionnement des lasers de leurs snipers ? Accolé au principe de précaution, désintégration nucléaire alliée à cyanure ne fait pas bon ménage. Sauf dans nos belle centrales.

  3. Eu égard à son nom, Thomas Stilton aurait dû se pencher sur le cas du chat du Cheshire !

  4. Le chat d’Alice apparaît et disparaît à son gré. Et de mémoire, il me semble même qu’il se décohère doucement dans le paysage, parlant dès que sa bouche est assez « crée ». Si tel est le cas, il aurait faussé toute l’expérience. En plus, il est fou, et dans ce monde de physiciens, seuls les scientifiques ont le droit d’être fou.
    [edit] Wikipédia parle d’un chat qui disparaît, et je ne retrouve pas mon exemplaire, mais je persiste : minet réapparaît et s’adresse à Alice dès que suffisamment de son museau le lui permet. Ou je suis fou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation

Clef two-factor authentication