Monthly Archives: avril 2016

You are browsing the site archives by month.

Penser ? Je ne sais plus. Classer : on fait doucement. Entre 4 et 5 grammes, s’est encore merveilleux que je fasse si peu de fautese

Des semaines que je classe.
Trop ( beaucoup ) de livres, finissent par rendre l’affaire titanesque, surtout quand
on a l’esprit d’escalier, et, qu’a peine couché, on se relève parce que non,non, un Calvino du »seuil », décidément, on ne le met pas avec les autres : (drame…). Avec les seuils, bon dieu, ou ils sont alors ? Je vais pas le noyer dans l’Oulipo (faut tout déclasser alors?), et il faut vérifier (encore, encore et encore). Tout vérifier, les ordres alphabétiques, les catégories, les dates… MERDE tout Queneau est aligné, 50¹ cm, je parle même pas de ce que j’ai offert, et ni surtout de la petite cosmogonie portative ( pas, classé, sûr, : au chaud, faut bien que le la retrouve très très vite ( et rangé ; franchement, c’est pas le meilleur moyen) (ça s’aligne au fait, Perec?(genre Esartilunoc?) ( Alors? voire la vieillerie des couvertures, histoire de faire joli, je ne sais mais ça tourne au « débile ») !
Impossible.Et avant de se recoucher….
Et les…les.

Non, je n’irais pas plus loin : les livres, je les lis, je ne vais pas en plus les écrire.

J’ai simplifié du coup :
Petit, ridicule, dans un premier temps.

Que mettre au chiotte ?

– Un c’est petit, et je ne mettrai pas d’autre tablettes.
– Deux c’est ciblé , on chie, on a déjà une occupation sérieuse.
– Trois, technique, c’est mal foutu, la tablette est derrière les toilettes, et me brise les reins si je décide de choisir.
Donc:
Il faut de prime abord, décider celui qu’on posera devant, sous peine de chier à regret.
Donc:
Ce lieu se doit, plus que les immenses rayonnages, particulièrement soigné.
Déjà plusieurs impératifs, réalisables, peu, à ma portée »

Que lire au chiottes ?
Les trucs rapides, envolés, fugaces, olé olé.
Envoyé :
– Aphorismes (, pensées genre Dac, mieux Wilde)
– Desproges: un petit, mais il faut changer souvent, et du coup, chercher ( ça tombe bien , je les ai tous remis au même endroit.
– Un truc de cul (enfin… moi, c’est « Eloges des femmes mûres : :disons c’est du cul de mon age…)
– Un bazar vite lu qui te laisse pantois : Borges, au choix, ou… Fantes tiens.(Un Borges, un Borges : Ho : Ho, on se calme : pas le livre de sable, on fait simple hein : Six problèmes pour Don Isodro Parodi, et un par un encore.

– Miscellanées oh oui ! : on oublie tout à chaque étron, on redécouvre le diamètre de –
la terre, et pourquoi pas le cola-cola ou les grades de l’armée romaine.
– Ce ne suffit pas : poésie : par coeur, on les sait alors… aucun effort. Toujours un volume neuf d’alcool, de Villon, de Ronsard, et ma foi, le Cid. ( bien plus vieux celui de Villon, il n’est pas neuf, mais bon…( et l’intégrale surtout)) Par fois, Rabelais l’a dit bien avant moi) les émouvances du cerveaux priment.
Et puis ?
Dans un coin, loin (hors de portée en fait): des journaux politiques ( il en faut pour tous, et il n’y a qu’au chiottes que la merde ambiante prends vraiment sens.)

A oui, sinon, des copies poches de « collectors » Eux, ils sont bien rangé, chez eux. INDISPENSABLES ! C’est pour ça que j’ai tant de doubles. Allez vous vous levez vous, pour traîner cul nul dans le salon ? Avec la merde au cul ?

Si pas mort, demain suite.

1. Putain ! Menteur. J’ai vérifié, je vérifie (presque) toujours.
38 cm de Calvino ( enfin, rangé « avec » les Calvino ». Et encore, ben oui, il n’y a pas « Sous le soleil jaguar » ( bof, à oeuil: 8 mm), mais trop grand ( bon dieu que parfois on est con !) il traine de toute façon( il brille : je n’aurai pas de soucis.

Suite …

– « Une pinup auburn qui chatouille mes burnes »
Ca vient de loin.
Et c’est tiré par les cheveux ok, je m’en doute.
Juste un alexandrin, qui rime (en plein milieu) àl hémistiche. (j’ai un faible, là).
Sinon, je ne me serai pas levé.

– Pas levé. Juste à penser.

Bourré.
Alors.
– Tais toi
Ou taille toi les veines
Et fait pas de fautes à « veines »
– Pourquoi, ça saigne, les fautes ?
– Recule.Tu t’es levé, alors raconte.

Recule. Le début.
Ben rien, de.
Des femmes.
Enfin, rien…
Tu l’as dis, des femmes donc, rien
Pas dit donc, merde.
Pas dis ok, j’efface ? (mais oui efface, mais oui, je vais trop vite, et tu veux noter ça?)( déja à trop, j’ai mais trop d’ »s », et a « ça » une poignée de « z » cool ::c’est toi qui note, moi : je «pars en vrille : » point)
Je me suis pas levé pour rien.
Je laisse.

Bon,le cutter, je le pousse
Et j’écris ?
Ou je taille ?
Tu ne t’es pas levé pour rien, bordel : c’est toi qui le dis

Je pousse ok, ok. Je pousse

Allez… le début
Mais merde, je sais plus, je dormais.
Sans blagues.
Non, il y avait en boucle un truc de Bach
Cadeau de l’ami
Un truc ?
Passion, selon, je sais plus : Saint quelque chose, hongrois, ça pulse : Matthieu

Bon, cool… Regarde pas ce cutter, regarde pas je dis ! Raconte !
Rien merde !

Pose ce verre
-Ta gueule !
Quoi tu veux !
-Pose ce cutter, et pose ce verre, c’est tout.
-Tu piges que je m’en fous ?
Tu piges, connard ?

-Te parle pas comme ça.
Tu te recouche ?
-Fatigué

Suite ?
On verra: pas sûr que je m’zn souvienne. déjà les « e » font des « z »

– Non. 6…

Effet secondaire ( en clair : perdre Harrison, ça me fout les boules, et j’ai plus que quelques kilos de papiers!!! Merde: je l’ai pas vu. Jamais? Faute d’avoir choisi ? De toute façon Passé 1,5 litre de bourbon, je ne tiens plus la route.

Si je dis « Malade mental », je vois bien que ça ne passera que mal. Alors, ok, je ne dis pas.
– Non. 6…

Maïeutique Je d’avant

– « Mes pichets, monsieur, tiennent le litre. »
– Tu lis quoi la ?
– « Les copains », un truc de Jules Renard.
-C’est Romain, Jules. Renard… (enfin, mets lui le « s »)

Pas écrit.

Clef two-factor authentication