Monthly Archives: juin 2015

You are browsing the site archives by month.

Hellénisme de comptoir

« Les Grecs, les Grecs, ça a marché un temps, mais pas toujours… La preuve, ils en sont où maintenant, les Grecs ? »

Ces mots grecs auquels on a échappé 8

Myriologue : nom.
Interminable discours¹.

« Le myriologue et nos courbettes furent interrompus ». (Petrone, Satyricon. Trad. Laurent Tailhade)

1.Outre Atlantique, on estime plutôt qu’il s’agit des premiers râles poussés par Courtney Love couvrant le corps de Kurt Kobain. ( ou des derniers râles poussés par Courtney Love découvrant le corps de Kurt Kobain ).

Post hoc, ergo propter hoc (Les corrélations à la c…).

correlations à la con
Lorsque l’on compare l’évolution en pourcentage du poids des importations dans le PIB français de janvier 1980 à janvier 2010, à l’évolution de la mortalité due au virus Ebola de janvier 2014 à janvier 2015, on ne peut qu’éprouver une certaine stupéfaction devant l’hallucinante correspondance des deux courbes.
Il semble désormais acquis que le virus Ebola a une connaissance certaine des chiffres du commerce extérieur français des trente dernières années¹, et, morbidement malicieux, calque son comportement sur ces derniers. Reste à espérer qu’il détient aussi les chiffres de la confiance des Français en leurs dirigeants, et surtout qu’il compte s’en servir cette année.

1. Certains économistes chagrins, n’accordant que peu de foi à l’hypothèse d’un virus intelligent, voient la cause dans une pénurie de matériel destiné à la lutte contre le fléau, pénurie en liaison directe avec l’augmentation des importations française de ce même matériel.

Vieillir

Revoir Antigone, et regarder sa confusion s’installer ailleurs qu’autrefois.

13 juin 2015

J’ai cuisiné des tripes. A la Portugaise. Il suffit, grosso-modo, de remplacer par du chorizo et de la pulpe de tomate pieds de veau et carottes.
J’ai ouvert une bouteille de Corbières.
Dégusté l’ensemble tiède.

Et j’ai passé, repu et embrumé, l’après-midi à chercher les dates anniversaires des naissances d’Alberto Caeiro, de Ricardo Reis, d’Alvaro de Campos, de Bernardo Soares, et surtout d’Et Alii, qui m’a donné du fil à retordre.

En bien il sont tous d’aujourd’hui.

C’est assez louche, je ne suis pas tranquille.

10 juin

Montagnes Russes ce jour.

Je me souviens1 de l’incompréhension consternée de ma grand-mère, immigrée dans les campagnes Auvergnates, à l’annonce de la déclaration de guerre du guide, que mon grand-père avait fuit puisque manger dans ses montagnes native était devenu lié à une incontournable réponse positive à la question « avere la tessera ? », « thème » (à l’oral et très) libre en Bergamasque, et « mème » (anachronique et hors facebook) dans l’Italie #pré-guerre-mondiale-la seconde-ou-la deuxième ( en « version », ça dit : « as tu la carte ? » ).

Un 75ème anniversaire donc, mais passons.

Je me souviens de l’humide et inavouable émotion qui décida de ma vocation d’artiste peintre, à la vue de ce modèle aussi dénudé qu’énamouré contemplant Gustave Courbet peignant dans un tableau peint par Gustave Courbet2 ( D’ailleurs, le fond du paysage s’ouvre sur un abîme ( de myse ) ).
Sans entrer dans le détail, force m’est de constater que côté « Projet de vie, expression des attentes et des besoins concernés », mon premier choix a été exaucé, devenir célèbre et riche, choix suivants, non.

Un 196ème anniversaire donc, mais passons. D’ailleurs peut-être devrais-je fêter plutôt le 160ème anniversaire de cet « Atelier du peintre », à moins que je ne me décide à plutôt célébrer un aperçu des évènements consécutifs, grâce au 149ème anniversaire de la « Naissance du monde », malgré que ce projet de vie porta3 déjà en germe moult douleurs, nées d’orageuses ruptures autant que d’affamés morpions.

Je me souviens enfin de la contemplation de douairières déguisées en chérubines, qui ne cesse de me réjouir. Je rends donc ici hommage à Mme Goya, Chantal, 16,56 fois moins connue de Google que Francisco, au niveau mondial, en France le rapport s’équilibre, avec 1,46.
Un 72ème anniversaire donc, mais passons aussi.

Puisque de passons en passons, un retour sur le passé s’impose, je dois bien constater que tour à tour désespéré, concupiscent puis malicieux, mon chemin de vie répète inlassablement cette journée, misères et grandeurs du maniaco-dépressif.

Tant que c’est inlassablement.

1. A l’origine, c’est ma mère qui se souvient. Superbe cas de souvenir par anticipation.
2. Ci-joint quelques virgules. Placées judicieusement du premier Gustave au dernier Courbet, elles permettent de jouer à la Marquise avec le Bourgeois Gentilhomme.
3. L’accord est incertain. A ma décharge, « portait » sonne mal, et « porte » me déplait.

Clef two-factor authentication