Monthly Archives: mai 2014

You are browsing the site archives by month.

30 mai

200ème anniversaire de la naissance de Mikhaïl Aleksandrovitch Bakounine.

Ça se fête, mais pas au bistrot, il voulait les fermer avec les églises.

A part ce détail, j’opine quand je le lis. Et j’aime bien son style, qui me fait penser à celui de Jules Verne ( ??? ). D’ailleurs, j’y retourne, j’ai donné ou perdu l’édition papier de « Dieu et l’État », mais il me reste la version numérique. Les œuvres tombées dans le domaine public le mériteraient parfois, ce public.

ERRATUM

« Les lecteurs auront rectifié d’eux-mêmes » mais :

Dans le billet « 20 mai », il fallait lire « où » au lieu de « ou ».

Dans le billet « 23 mai », il fallait lire « poussoirs » au lieu de « poussoir ».

Dans le billet « 20 mai », il fallait lire « ait » au lieu de « ai ».¹

D’une façon plus générale, il va de soit que les coquilles sont du seul fait de l’imprimeur, et que le lecteur est invité, chaque fois que nécessaire, à lire ce qui doit-être plutôt que ce qui est.


1. Dans les billets précédents, il y a prescription, et si d’aventure, une correction doit-être apportée à celui-ci, elle fera l’objet d’un prochain erratum.

28 mai

276ème anniversaire de la naissance de Joseph Ignace Guillotin.

Je n’ai aucune envie de fêter ce pisse-froid de la géhenne.

Il y a bien des façons de périr par la loi, toutes réjouissantes pour le peuple spectateur. Personnellement, mes préférées sont l’écorchement et le sciage. Les autres sont bien aussi, mais les fâcheux trouvent toujours un moyen d’en raccourcir la durée. A quoi bon ébouillanter ou faire écraser la tête d’un coupable, s’il n’est pas plongé dans l’huile encore froide, ou si l’éléphant manque de retenue ?

L’article VI du projet de décret de Guillotin est affligeant : « Dans tous les cas où la loi prononcera la peine de mort contre un accusé, le supplice sera le même, quelle que soit la nature du délit dont il se sera rendu coupable. Le criminel sera décapité; il le sera par l’effet d’un simple mécanisme. ».

Plus ne serait-ce qu’une once de poésie. Plus de surprises, plus moyen de deviner le crime par l’exécution de sa sentence, plus de ratés s’éternisant. Les emprisonnés eux-mêmes, au lieu d’apparaître terrorisés, travaillent leurs derniers effets. Témoin ces condamnées qui s’exerçaient dans les prisons, sur des chaises empilées, à la montée de l’échafaud parfaite, sans montrer ses jambes.

Quant à dire que trancher est un synonyme de juger, c’est pour le moins fallacieux.
Il n’est pas étonnant que tant de monotonie ait fini par lasser, au point même, d’en arriver à supprimer définitivement les exécutions chez nous, alors qu’elles continuent de ravir les foules la ou elles ont gardé leur coté ludique.

L’an prochain, il se peut cependant que je fête ce génie inventif, méthodique et travailleur, pour son apport considérable à la bonne santé des députés qui sans lui, n’auraient ni latrines, ni climatisation, le tout pour un budget fort serré.

27 mai

Qu’est ce que j’apprends en feuilletant Wikipédia ?

C’est le 74ème anniversaire du massacre du Paradis.

Si j’en crois l’éminent Docteur LightFoot, vice-chancelier de l’université de Cambridge (source Bertrand Russel, Science et religion), la date de la création du monde étant 4004 av J.-C., le paradis n’aurait donc duré que 5944 ans, et encore ( puisque le monde à été créé en octobre, même source).

C’est un peu court pour l’éternité. Et ou vont les croyants depuis 74 ans ?

26 mai

C’est bien gentil de fêter des anniversaires. Ça part d’un bon sentiment. Mais ça peut être bien injuste.
Prenez Rutebeuf, par exemple, on sait de façon incertaine qu’il a du naître vers 1230, et de façon plus certaine qu’il est mort après. Alors, le jour…
Donc, pour lui et nombre d’autres, si on veut fêter, il faut improviser.
J’improvise donc et décrète le

784ème anniversaire de la naissance de Rutebeuf.

Petit, j’ai trouvé bien malheureux de perdre ses amis à cause du vent. En lisant plus tard toute la complainte, j’ai relativisé la validité des explications des doctes professeurs de collège. Et c’est en fouinant que seul j’ai trouvé quelques délices dans les fabliaux. « Le pet du vilain » en est un que je ne répugne pas à utiliser pour expliquer le sens du monde, avant de sombrer avec délice dans la scatologie.

Et puis, il faut être honnête, le vieux français à deux immenses avantages.
– On peut sans rougir écrire « fere », « argens » ou « enporter ».
– L’abondance de notes autorise, suscite même toutes les évasions, et d’écrits en écrits, on voyage plus qu’avec Havas.

24 mai

328ème anniversaire de la naissance de Daniel Gabriel Fahrenheit.

Allemand, c’est sûr, scientifique, faut voir.
Que, pour définir une échelle, surtout de température, on ai besoin de références, je le conçois.
Mais de là à prendre la température la plus basse de sa ville natale, comme bas, la température du sang de cheval, comme haut, et de subdiviser l’intervalle en 12, puis en 8…
Je conçois plus facilement que ces pervers d’Américains s’en soient entiché, sauf pour le Jack Daniel’s old n°7, qui titre 40° partout dans le monde, commerce international oblige. De toute façon, passé une bouteille, personne n’a vraiment froid à Dantzig, et le sang d’un cheval bout.

Optimisme du consommateur

Google ne doute de rien.
Même au milieu de l’Antarctique, il propose d’explorer les environs, histoire de se choisir un petit restau sympa pour le déjeuner.
Restaus a concordia

Merci qui ?

23 mai

80ème Anniversaire de la naissance de Robert Moog.

En 1938, Albert Hofmann synthétisait le LSD, substance longtemps perçue comme totalement inutile sauf dans la cas ou l’on souhaitait se faire peur en vélo, et encore.
Quelques 30 ans après, Moog, bricoleur dans l’âme, passait ses journées à assembler des dizaines de boutons, poussoir, interrupteurs, molettes et autres glissières, sur de jolies planches marquetées et gravées de symboles ésotériques. Le tout, atavisme professionnel oblige, relié à un clavier.
En l’état, l’objet était, lui aussi, complètement inutile.
Le génie de son inventeur réside dans l’idée d’avoir sournoisement mis son invention dans les mains des expérimentateurs tâtonnants de la substance d’Hofmann, avides d’accroître son champ d’utilisation à des activités autres que cyclistes.

Le résultat de cette union, on le sait, fut magistral.

Ces mots grecs auquels on a échappé 7

Adénogène : adj.

Qui fout les boules.

« Toutes ces féminazies sont adénogènes. » ( Rush Hudson Limbaugh III )

Les conseils bricolage de la bible.

 » Si tu bâtis une maison neuve, tu feras une balustrade autour de ton toit, afin de ne pas mettre du sang sur ta maison, dans le cas où il en tomberait quelqu’un. »

Deutéronome 22.8

Clef two-factor authentication