Category Archives: Maïeutique

Maïeutique free jazz I

– Ils t’ont dit ?
– Quoi ?
– Ils t’ont dit qu’il allaient envoyer un rayon laser, sur un miroir, collé sur une enceinte ?
– Et ?
– Et qu’ils allaient passer tes bandes. Ils croient que ta voix écrit des poèmes au plafond.
– Ben oui.

Bobby Mcferrin, The Voice, Blackbird.

Maïeutique classique IV

– Il ira loin ce Duruflé…
– Oui, oui, en attendant, c’est bientôt Noël. Tu va emmener Adrienne voir le dernier Disney ?
– Ce mickey ? Tu rigoles ! Il m’a piqué un truc que j’ai même pas encore écrit.

Paul Dukas, L’apprenti sorcier.

Maïeutique grunge 1

– Elle va te buter mec, elle va te buter.
– Laisse faire. Aïe! Concentre toi ! Tu pique à coté et on en a plus.
Après, je continue, DGC ils gueulent.

NIRVANA, Smells Like Teen Spirit

Maïeutique déplorable 1

– Docteur vous ne pensez pas qu’une HDT est nécessaire ?
– Madame Trace De Pat, je vous l’ai déjà dit, l’hospitaliser de force n’a jamais été une solution. Je le sais, la dernière fois, c’est moi qui m’en suis occupé, et vous avez bien vu le résultat.
– Mais il veut faire un disque, il a déjà réservé un studio d’enregistrement ! C’est à nous que ça va coûter une fortune !
Ce blues, la, comme il dit, il ne pense pas qu’à ça, mais il pense si vite que ça revient au même.
– Appelez le studio et annulez, je le prends en rendez vous dès cet après midi.

(Trace De Pat, composition inachevée)

Maïeutique Euro house pour enfants 1

– Bon, Roger, les paroles je te les ai donné, dépêche toi, merde ! La première émission, ils la tournent déjà.
– Eh ho ! Chris, un truc pour gamin, ça se fignole.
– Et ben fignole si tu veux, mais vite.
– Ouais…ouais…

(Christophe Izard, Roger Pouly, Casimir)

Maïeutique orgue 1 :

– Jean-Sébastien ?
– Oui ! Je bosse là.
– C’est obligé de mettre tant de notes, dès la quatrième mesure ? dès le début, ça va faire un bruit d’enfer. Ils vont sortir de l’église les gens.
– C’est pas du bruit abruti, c’est, c’est, oh et puis merde, de toute façon t’y comprend rien. Et des notes il n’y en a pas « tant » comme tu dis, c’est toujours les mêmes.
Et de toute façon encore, tu verras bien, dans quelque siècles, ils s’en serviront pour la pub.
– La pub ?
– Laisse faire.

(Johann Sebastian Bach, Toccata et Fugue en Ré mineur)

Maïeutique poésie I

– Guillaume !
Je tâche de vous corriger.
C’est un peu dur, le dernier qui a parlé de vous , c’était dans 50 ans, et sous acide alors …
– Oui monsieur.
– Je vous relis là :
« Si je mourais là-bas sur le front de l’armée,
Tu pleurerais un jour, ô Lou, ma bien-aimée.
Et puis mon souvenir s’éteindrait comme meurt
Un obus éclatant sur le front de l’armée,
Un bel obus semblable aux mimosas en fleur. »
En trois lignes, quatre , deux fois « front de l’armée », vous êtes obsédé ?
– Sur le front de l’armée, j’y suis monsieur, j’y suis.
– … Ce Lou, c’est qui ?

Et puis jeune homme, ça : »Je rougirais le bout de tes jolis seins roses, » et bien ça ne se dit pas.

(Guillaume Apollinaire, Poèmes à Lou)

Maïeutique classique II ( ou 3 ? )

Monsieur, on vous attends.
Qui ? je travaille !
Bien monsieur, mais c’est tout de même la chancelier.
Le on dit, le . Chancelier de quoi, enfin de qui ?
Le grand chancelier monsieur.
Il faut que je m’habille ?
Ce serait mieux monsieur.
Fais le attendre un peu, j’en ai pour cinq minutes.
Bien monsieur, je…
Sers lui du thé, ou autre chose, j’arrive.

J.S.Bach, Badinerie.

Maïeutique classique II

– Alors, tu penses quoi, tu penses d’abord ?
– C’est joli mec, c’est même beau.
Dans 500 ans il fermerons les yeux.
Mais juste vire les virgules.
Tout d’un trait, tu ne respire plus
– Virer les virgules ?
-Vire, tu verras, enfin, tu entendras.

Concerto For Two Harpsichords And Orchestra In C Minor, Bach

Correctif : ‘Barry Lyndon’, ça va plus vite.

Maïeutique Carrefour I

-Nathalie ?
Lis.
Je sais, c’est pas ton truc. Essaye.
J’aurais pu le filer à une autre caissière, mais c’est toi que j’aime.
Bon je rentre, elle m’attend.

Jim Harrison, Un bon jour pour mourir.

Maïeutique Rock’n’Roll II ( ou trois )

– Nina ?
– Oui.
– Tu vas jusque où dans les aigus?
– Haut mec, haut.
– Et ça, tu peux le faire ?
– Tu sais bien que les partitions, c’est pas mon truc ?
– Ben alors voila, je te le siffle .
Alors, tu peux ?
– T’es trop con toi, évidemment.

Nina Hagen, Naturträne.

Maïeutique chanson française I

– T’as pas dormi ?
– Non
– Ben fait pas cette gueule, t’a pas dormi c’est vrai ?
T’es con. Faut dormir.
– J’ai juste écris.
– Quoi ?
T’as vu ta tête ?
– La ferme.
J’ai composé, j’avais ce truc dans la tête, qui me faisait pleurer.
– Faut pas pleurer non plus mec.
– Ah ouais ? Et pourquoi ?

Renaud, La chanson du loubard.

Maïeutique blues II

C’est quoi « And i ‘m bad » ? t’es pas méchant toi.
Si. Fallait pas toucher ma femme.
Et John, arrête un peu tes conneries, les femmes des autres tu t’es pas gêné.
C’est pas pareil, il revient, je le bute.
Tu le butes ?
Je le bute.
John Lee Hooker, I’m bad like Jesse James.

Maïeutique Punk I

– Tu te tapes encore ?
– Laisse faire, celle la, elle est pas coupée.
– Pauvre con, tu y crois ça, qu’elle est pas coupée ?
– Je m’en fous mec, aide moi juste.
– Tu vas pourrir avec tes seringues de merde.
– Je suis déjà pourri alors juste aide moi.
– Bon, mais magne toi, on joue ce soir, avec les meufs.

Sex Pistols, Never Mind The Bollocks, Here’s the Sex Pistols

Maïeutique italienne I.

– C’est qui ce « Brassens » ?
– Un française
– Oui, ça je sais, et puis ?
– Il l’est des chansons pleines de, je sais pas, riches.
– Mais porque tu veux traduire ?
– Je veux traduire si, mais traduire pas les textes, les mots, non, traduire sa âme, son, pardon.
Je me le fout, de toute face, la c’est une autre que je cherche.
– Une autre quoi ?
– Un female, qui l’est chantait avant. Ecoute, c’est beau.

– L’âme d’un autre ?
– L’autre c’est toujours nous, pour l’âme…
– Bon ok, bosse, moi j’ai piscine.

(Fabrizio di Andre La canzone di Barbara)

Maïeutique chanson française I

– Ré mineur, do, si… non, si bémol.
Mieux mec, mieux.
Et ça la, j’en fait quoi ?
Bon, tout le début déjà, je vire.
Mais
« N’avoir aucun besoin »
« N’avoir », « n’avoir »… ça fait rasoir. ( tu te rappelles, petit, quand t’écrivais razouar ?).
« Il n’ont », « Ils n’ont aucun besoin », oui, voila, c’est mieux.
Licence, t’as le droit.
Tu parle tout seul mec, tu parle tout seul.

(Les oiseaux de passage, Brassens)

Maïeutique Russe I

– Alex, je crois pas que c’est une bonne façon de draguer ta mère, et même, je crois pas que draguer ta mère soit un bon plan.
– Ecoute, le vieux con est mort depuis longtemps, et elle est belle, alors.
– Mais c’est ta mère d’abord, et puis ces cuivres ! Elle sait bien que tu es génial, Alors évite de…
– De quoi ?
– Ben de rêver à des truc zarbis. Freud n’est pas né, tu auras des soucis.

Borodine, Dans les steppes de l’Asie centrale.

Maïeutique dodécaphonique I

– Transfigurée…
Pourquoi t’appelles ça comme ça ?
D’après les dicos, ça veux dire que tu changes: autre chose quoi, l’inverse. Alors, pourquoi tu dis pas directement « le jour » ?
– Ta gueule. Déjà, en deux phrases, tu as dit « ça » trois fois ? Apprends à parler avant de me parler, et: autre chose, c’est pas l’inverse.
– Arnold, tu… Bon ok je me casse, mais quand même.
– Attends ! T’énerves pas. Les romantiques, c’est du passé. Et c’est moi qui fait bouger la tête des gens.
Donc, je change comme tu dis, je « transfigure ».
– Ok, je vais chercher les croissants.
-Prends en un aussi pour Mathilde, et aussi … Stravins… Non, il m’emmerde.

Arnold Schönberg: Verklärte Nacht.

Maïeutique opéra I

– Georges ? C’est qui De Lisle ?
– Geneviève, s’il te plaît, je travaille.
– Tu travailles trop mon amour.

Bizet : Carmen.

Maïeutique reggae I

– Elle est ou l’herbe ? Elle est ou ?
– Plus mec. Au fait, c’est quoi « Handsworth » ?
– C’est quoi ? Rien, c’est « ou » faut dire : un bled, vers Babylone.
– T’as chopé ça ou ?

– Bon, laisse tomber, accorde, on enregistre.

Steel pulse: Handsworth revolution.

Maïeutique Hard Rock I

– Elle devait pas passer, ta fille ?
– Ben, d’abord, elle est pas née, en plus elle veut tourner avec l’autre fou, alors elle se maquille.
– L’autre fou?
– Jason, japon, jarkohn, non, … Jackson, ou un truc du genre.
– Ce dingue avec des diables ?
– En fait, elle espère avoir un rôle d’ange dans une histoire d’elfes.
– Un ange ? Chez le diable ? OK OK, viens rêver, on a tout fait, manque que la voix.

Aerosmith : Dream On.

Maïeutique Rock’n’roll IV

– T’as vu ce truc sur Mozart, les basses ?
– C’est qui Mozart ?
– T’es con. Un gars d’avant, de l’autre côté.
– De l’autre côté de quoi ? ya pas d’autre côté.
– Bon, ben continue de tripoter ta terre, mais me fais pas chier si je suis pas comme tu veux, avec ma basse.
– Cool man, cool : de toute façon, c’est les aigus qui merdent. C’est qui alors ?
– Laisse tomber. On est bien au 51 ici? Elle voudrait passer.

Pink Floyd : Careful with that axe, Eugène.

Maïeutique du Blues I

-Bonjour monsieur, permettez moi de vous présenter mes
-Quoi man ?
-Je souhaitais hier soir me restaurer
-C’est quoi toi ?
-Pardon ?
-Humm, ton nom ?
-Shubert
et vous ?
-Johnson,
Pose ton cul. Tu veux un verre ?
Vas y explique.
-Bien je souhaitais donc, monsieur, hier soir me restaurer,
fort las d’un long voyage.
La seule auberge ouverte
-C’est ce bordel je sais, alors ?
-M’a donné.
-OK je te coupe plus.
-M’a donné vivre et couvert mais le ventre plein n’est rien, même harassée mon oreille s’est trouvée emportée. Je vous ai entendu, puis vu sur cette estrade la, avec un luth, ou une mandoline ?

-C’était… je ne sais rien, je suis compositeur, je viens de si loin et pourtant, vos notes étaient si proches.
-Proche de quoi ? fait gaffe au verre.
-Je compose des Lied.
-T’as déjà dit mec, moi je baise et j’essaie de pas me faire baiser. Enfin, c’est plus compliqué mais bon.
-Je…
-« Je » t’as déjà dit aussi, dégage, il pleut,elle va pas tarder, et c’est un super plan.
Merci pour « Lied », c’est beau, je vais garder.

Robert Johnson, Come on in My Kitchen.

Maïeutique du Rock’n’Roll, III

– Tu veux une latte ?
– Non. Je bosse.
– Ok man.
Bosser, toi ?
Et sur quoi ?
– Ta gueule, un truc.
Cette nuit, j’ai rêvé d’une nana.
Posée, dans les collines.
Juste la retrouver.
– Raconte mec.
– Peux pas. Je cherche.
– Allez… Raconte. Éteins ce truc, baisse le au moins, on va se faire jeter.
– Ta gueule.



-Bon, on va la faire en blues, peut être que je retrouverai mon chemin.
« Y’a une maison.
Ma garce.
Clef perdu.
Non, en fait, c’est la serrure.
 »
-Et ?
Ok, file moi ce truc.

Red House. Hendrix (Are you expérienced) ( ou ailleurs, au mieux (?) un live, au pire, une compil)

Maïeutique Rock,n’Roll II

-Mick ?
-Quoi mec ? tu fais chier.
-Ecoute
-Keith, le whisky qui restait, tu l’as gerbé dans ma chambre. Y a pas de magasin ouvert a cette heure, et l’héro, greg a dit 10 heures.
-Ecoute. J’ai pas accordé : la femme, la flemme, la f, alors, au mieux un open de ré je pense. Au mieux…
Ecoute.

Ventilator blues, Rolling Stones, Exile on main street

Maïeutique du Rock’ n’ Roll

Tu te réveille. Tu es jeune, beau, tatoué même.
Les substances d’hier soir font encore vibrer tes veines.
Tu prends ta guitare, la seule « chose » qui dorme vraiment contre toi.
Lucidité, simplicité :
Un A, et tu es plutôt triste, donc un Am.
Tu pense qu’il faut espérer.
Un F alors, après.
Et majeur, ça te permettra d’améliorer tes barrés ( et « barré », au point ou tu en es ).
Moins vite. Encore moins vite. Juste arpégé.

Red Hot Chili Pepper, Californication.

Clef two-factor authentication