Category Archives: Non Classé

MAïeutique poule

Bon, tu le pond.
– Oui.
– Oui qui ! le fermier passe dans 5 minutes.
– Oui je te dis, il est la l’oeuf. ( mais j’ai mal au cul)
– Bonjour.
– Bonjours monsieur, vous voyez pas que ma femme pond là ! On pourrait pas se voir comme les cons du bar d’en face,non ? Allez venez.
– Elle geule, non ?
– C’est les femmes.
– Oui mais elle, la, elle gueule fort, il va être beau l’œuf.
C’est les femmes vous dis-je.
Je suis, voyez vous, orchestre ambulant, je peux vous aider à ce qu’elle accouc..
Pondre monsieur, mes femelles pondent !
Ho mon dieu, excusez moi, c’est superbe, je ne vous demanderai rien, mais je vais l’aider. Excusez moi, j’ y retourne.

Pousse
Poom
Poom
Tchack a tchack
rie, crie, va crie.
Encore
Pousse
Poom
Poom
Tchack a tchack

C’est bon, il est nickel,
Bel œuf.
Couine et vomi pas.

(Nina Hagen, Naturträne )

Pologne éternelle. Hommage III. Autant que certains lisent ( moi le premier, même si traduttore traditore)

Le Ciel et la Terre

« Sois réel ! – Tu rêves toujours le ciel,
Imminente la tombe par des influx incessants
Elle convoite tes os et tes cendres !
– Oh oui ! Pourtant où qu’il soit
L’homme voit plus de ciel
Que de terre…

Le même

Moins trash, Janvier.

Elles ont tout explosé.
l’hiver lui même ne s’en est pas remit.
C’est quand le printemps ?

Le ciel apporte sa lumière.
Déjà ?
Encore une nuit sans rêves, ou juste un rêve ?

Mèche courte.

Ce jour de l’an 2016
Après,
Il faudra bien.

Emotion

Perdu.
Forcément : plus de 3500 livres.
Non,non. après 3 heures, retrouvé.
Pourquoi classer les livres de poésies, dans le rayon poésie ? Ben faut être con.Ou logique.
Bref, Tahar Ben Jelloun.
« Les amandiers sont morts de leur blessures »
Ca va, c’est sur mon blog. ça aide.
Enfin une plagiat de John Lee Hooker.

Une fille. Belle. Sensible.

Des étoiles, des étoiles, des étoiles. La liste? : quelque chose comme 120,130.

Tu veux les voir , Les étoiles ?« De la cuisine » ?
« De ta chambre ».
Les étoiles.
Elle s’est allongée sur mon lit.
Tahar a écrit « Les filles ont une étoile sur chaque sein »
Oui.

Maïeutique piano

– C’est quoi tes petit trucs blancs en os ?
Et tes truc noirs en je sais pas quoi ?
-Tu m’a ramené mes petites lianes ?
-T’es fou toi ! D’abord, il n’y en a pas des « petites » longue, comme tu veux et…
-Ramène, je me débrouillerais.
-Et ces troncs, tu vas couper comment ?
Et pourquoi ?
– Musique.
-Musique, c’est quoi ça ?
-Pour l’ambiance, quand le chaman, il délire, c’est pop.
-Pop ?
-Top si tu veux, t’occupe, lui il a ses champignons de merde, moi, j’apporte aux autres, et tout le monde délire.
-Du bruit tu veux faire ?
-Musique merde, j’ai dit, tu entendra. Et cherche aussi des pieds.
– Des pieds ? Déjà tu m’a dit ça, pour tes phrase qui tombaient pas rond.
– Des truc en bois connard,des rondins, pas des vers.
-Du bois pas vermoulu ?
-Si tu veux 4, 5, 6, je sais pas, cherche et bosse.
Moi, je bricole mais ça va chier.

6 juin 2016

On peut fêter Velazquez.
Ou Corneille, en tachant de réciter de tête « le Cid », par exemple (l’avantage du Cid, hors l’alexandrin avec césure à l’hémistiche, si l’on aime) c’est que c’est une belle histoire mais surtout que ça permet dès l’enfance de comprendre le mot « litote » : « Vas, je ne te hais point », c’est plutôt « cool ».
Ou Pouchkine.
Ou Thomas Mann.
Ou plein d’autre : ça dépend des goûts ( le roi des Belges, personnellement, je m’en fout un peu).

Ou même Björn Borg, qui faisait chier avec son jeu mécanique et insipide.

Ou Alexandre M. Liapounov (personnellement, je n’ai jamais rien compris à ses travaux).

On a perdu :
Jung (rien à foutre).
Klein ( ben, ou trouve encore son bleu alors…).

Les allié sont allés se faire massacrer en masse en Normandie. De toute façon, ceux qui ne sont pas mort ce jour de 44 doivent à peu près presque tous l’être aujourd’hui.
Le fer a repasser a été inventé et breveté.
J’en ai un, mais je ne m’en sert que pour des usages incongrus.

Journée morose.

Vivement le 16 avril prochain, on pourra se payer l’intégrale de Boby Lapointe.

– Non. 6…

Maïeutique Je d’avant

– « Mes pichets, monsieur, tiennent le litre. »
– Tu lis quoi la ?
– « Les copains », un truc de Jules Renard.
-C’est Romain, Jules. Renard… (enfin, mets lui le « s »)

Maïeutique pas Faust.

– C’est quoi ce truc ? Qui c’est Nerval ?
Belzébuth !
– Tiens Satan, tu t’es déguisé ? Salut Méphisto.
– Méphistophélès, abruti, je joue, ce soir, Geute mon gars, ce soir, ne m’écorche pas.
– T’as une pèche du feu de Dieu, dis donc.
– Arrête tes blagues à cent sous.
– Geute ?
– Arrète je te dis. Je parle, alors Goethe et Geute, tu reconnais comment ?
Je lis là. Faust. En Français. Je passe vraiment pour un con, non mais ce type… cherche, c’est qui Nerval ?
– Attends, Google… Nerval… Wikipédia, voilà :
Nerval, écrivain, poète, 22 mai 1808, Paris, romantisme français,
– Romantisme ! Il me fait passer pour un con oui !
– …
Heu, tu l’as déjà dit…
– Et après ? Hein, après ?
– …
Filles du feu, Sylvie, chimère,
– C’est chez moi ça ! Il est là. Il pique tout. Je vais te le…
– Brûler ?
– Arrête bon Dieu !
Oh et puis… dégage !

Un con, vraiment pour un con. Je joue pas moi, si c’est ça.
«Vous m’avez fait suer» et puis quoi ? je sue pas moi ! «rudement»… Tsss
«Silence, animaux malhonnêtes !». et puis quoi ? Les chats, je les crame, point.
Bon, j’y vais pas, Marguerite, je me la ferai chez Mickhaïl.

Coaching selfie III

Mais ça progresse.
DSC02552

Clef two-factor authentication