Category Archives: Non Classé

Pologne éternelle. Hommage III. Autant que certains lisent ( moi le premier, même si traduttore traditore)

Le Ciel et la Terre

« Sois réel ! – Tu rêves toujours le ciel,
Imminente la tombe par des influx incessants
Elle convoite tes os et tes cendres !
– Oh oui ! Pourtant où qu’il soit
L’homme voit plus de ciel
Que de terre…

Le même

Cuba ( j’arrête les nombres : pour les curieux, c’est le 26)

CUBA 26

MC5 à fond, c’est ça :
Bien avant les punk, c’étaient des punk.
On ne commence pas un vers avec « Motherfucker. »

Kick out the jams motherfuckers !
Yeah! I, I, I, I, I’m gonna
I’m gonna kick ’em out ! Yeah !
Well I feel pretty good
And I guess that I could get crazy now baby
Cause we all got in tune
And when the dressing room got hazy now baby
I know how you want it child
Hot, quick and tight
The girls can’t stand it
When you’re doin’ it right
Let me up on the stand
And let me kick out the jam
Yes, kick out the jams
I want to kick ’em out!
Yes I’m starting to sweat
You know my shirt’s all wet
What a feeling
In the sound that abounds
And resounds and rebounds off the ceiling
You gotta have it baby
You can’t do without
When you get that feeling
You gotta sock ’em out
Put that mike in my hand
And let me kick out the jam
Yes ! Kick out the jams
I want to kick ’em out

Le Catalina avançait au rythme du cargo. La houle me berçait.
Le 3eme acide montait, ça faisait trop, nettement trop, mais à la Havane, avec mes 4 derniers passeports, et les 250$, j’aurai ma vie. Et les deux filles : celle que j’aimais, et celle qui m’aimait.

Avec Julia, un soir, les soirs, tous les soirs, on récitait.
J’ai tout posé dans un garage, mais à l’époque, les livres, je les comptais au mètre ou la la tonne. A l’unité, je n’aurais pas eu le temps de les lire.
Poèmes : 25 mètres.
Dictionnaires 200 kg.
Fiction : ça tourne, je revend, alors je ne sais pas.
Polard idem.
Philo 15 mètres (ça m’endors, sauf Nietzsche, mais lui aussi il était fou, et amoureux)
Sciences 20 mètres.
Ecrivain ( j’enlève oliplo ( je ne sais pas bien dire)) 20 mètres.
Oliplo : non : j’ai vérifié « Oulipo », 2 rayons, et cent fichiers, autant de livres.
« Ou joue ? 
Pas de E ? »
En français ? Je ne suis pas doué mais bon .

La. Enfin : jus de fruit. On a bu. j’ai pris ( je dirais nichons, mains dans « seins » il y a un  « E » donc tant pis ; nichons pas Joli, mais pas de « e »)
Calins,
J’ai pris son amour,
J’ai pris le Jazz ( plagia)
Tard.
Pas trop
A poil
Moi aussi
L’un a
On a fait
On a vu
On a pris plaisir

J’arrete, j’ai remis un « e »

Fatigué, j’ai pris la Desdichada, et je lui ai lu.
Elle est resté scotchée. A la fin, deux heures c’est pas long, (mais que faire d’une poupée quand tu parle d’une autre poupée?)
A coté, dans le salon ou je vivais, je l’avais la Desdichada, un mannequin, habillé, avec un couteau de GI, une Kalachnikov, un billet de 1 dollars collé entre ses seins, un gilet de Sioux, et au pieds, la misère du monde :
Une fiole d’absinthe, un couple de marié, une grenade à fragmentation, une autre balle 7,62, un paquet de cigarette…et des merdes.
Elle a écouté. Elle a compris, qu’on pouvait devenir fou d’un mannequin, jusqu’à inviter des amis à dîner avec elle, après l’avoir habillé et maquillé. Qu’on pouvait s’entre tuer pour un bout de plastic, à 20 ans.
Je lui ai donné le livre.

Mon mot de passe, quand j’avais le Wi-fi, c’était un titre de Perec.

Ma mère est italienne, mon père français : alors, dans cet appartement, à NY, je n’étais pas génétiquement chez moi.

Et le mot de passe, c’était que de la poésie.

Le LSD, ça dégage, surtout trois en 12 heures.

Le cargo avançait doucement.
Je refaisait les mesures, Cassiopée était au bon endroit enfin : d’après la latitude et l’heure.
Le ronron ( cette distance, c’était du ronron) des diesels augurait la chance d’arriver
J’ai ouvert le téléphone: toujours pas de réseaux. Merde, si Martha se débrouillait, on avait 5 milliards, juste en Van Gogh  : J’aurai rhabillé ma nana comme elle voulais. Plus besoin de voler des escarpins. C’est du vol différent, mais on ne risque pas la tôle.

Cassiopée a doucement disparu.
Gamma d’abord. Enfin ,on, c’est Lambda.
Caph et Shedir étaient toujours la. Mais c’est Ruchbah que j’aime.
Alors j’ai laissé s’éteindre la nuit.

L’acide m’empêchait de vraiment dormir, Les étoiles, je n’avais qu’ à lever un bras pour y aller.
Je n’ai pas bougé. J’ai repris le sextant.
J’ai regardé la marque  « Sextant d’étude, école de bordeaux, 1957. »
Ah bon ? Il marchait bien ce truc ? Au moins le prix de dix mois d’hôtel à la Havane.
Mais je préférais encore savoir ou j’allais mourir, que de payer un endroit ou je ne voulais pas vivre.
J’ai repris, re -mesuré, enlevé les filtres.
Polaris était là.
Oui, on avait vraiment dérivé. Le cargo nous poserai ou je voulais aller.
Mais je voulais écrire seul.
J’étais amoureux.
Et une autre était amoureuse.

Va faire ça?

Cuba chap 21

J’ai invoqué le lapin blanc.
Dans ma poche, il y avait encore 127 buvards.
Le ciel était limpide.
J’ai vérifié le cap :195°
Cécilia ne bougeait plus : encore 6 heures.
Je descendais trop. 126, l’autre je l’ai mangé, tant qu’à planer.
« Goog luck Mister Gorsky ».
Une phrase d’Amstrong, sur la lune.
Des années pour comprendre.
Il avait onze ans.
Et il a entendu le voisin. Enfin, la voisine.
« Connard, je te ferais une pipe quand on marchera sur la lune »
Amstrong, il y était sur la lune. Alors : « Good luck » . Houston n’a pas compris.
Je me suis couché contre elle, j’ai passé la main sous son pull, de toute façon, elle ne demandait que ça.
C’est doucement remonté ». Pas assez vite.
Je passe encore la suite.
Je me suis rhabillé.
J’ai fait comme d’habitude : je regarde ma montre, je décide: et quand c’est l’heure, je me lève.
Polaris avais baissé. On descendait.
Sextant, mesure. Avec deux acides, ça devenait difficile. Latitude il fallait descendre, longitude cuba était si large que si Cécilia tenait le cap, on ne pourrait pas la rater.
Le sextant prenait les mesures tout seul, le vent, les goélands, les poissons.
Le Catalina a tangué.
Je suis allé vérifier le compas : 195. Cecilia ne bougeait plus, collée a la barre. ?
Parfait.
Alors c’est l’acide qui me faisait bouger ?
Je me suis accroché, j’ai regardé l’eau.
Sous le bateau, une baleine.
« Cecilia » ! 
Je délire ? Viens voir. »
Elle s’est bougé, elle a regardé, et elle a rit.
« Il y a bien une baleine, vient »
« On écrit » j’ai dit . Juste on écrit.
« Arrête tes connerie, tu te souviens de ce qu’on vient de faire, et qu’on va refaire la ? »

Les deux acides, ça faisait un peu trop.
Cécilia s’est envolé aussi. La bateau a fait demi tour, et il s’est envolé aussi.
Martha avait raison : c’est pas comme ça que j’irais à Cuba.
Je me suis couché :C’est idiot je ne touchais pas plus le sol qu’une heure avant.
J’ai pas fermé les yeux, c’était déjà fait.
Et j’ai attendu.
Cecilia, le sextant,
Et la baleine.
Quand le jour s’est levé, le bleu m’a encore allumé.
Cécilia ne volait plus, elle gardait le cap.
Le sextant était à mes pieds, il ne volait pas non plus.
11:53
J’ai pris le sextant, et je me suis aveuglé de soleil. Mais j’avais l’angle. Tel calculette. On avait passé Key West, pleine mer.
« Cecilia »
Elle a enlevé son pull. «  non, sérieux, après si tu veux, là tu change le cap 
170»
Elle n’a pas remis son pull
Mais elle a tourné doucement la barre.
Le Catalina a suivi : 170 pile : putain cette fille, elle était aussi douce avec un voilier qu’avec moi..

Moins trash, Janvier.

Elles ont tout explosé.
l’hiver lui même ne s’en est pas remit.
C’est quand le printemps ?

Le ciel apporte sa lumière.
Déjà ?
Encore une nuit sans rêves, ou juste un rêve ?

Mèche courte.

Ce jour de l’an 2016
Après,
Il faudra bien.

Emotion

Perdu.
Forcément : plus de 3500 livres.
Non,non. après 3 heures, retrouvé.
Pourquoi classer les livres de poésies, dans le rayon poésie ? Ben faut être con.Ou logique.
Bref, Tahar Ben Jelloun.
« Les amandiers sont morts de leur blessures »
Ca va, c’est sur mon blog. ça aide.
Enfin une plagiat de John Lee Hooker.

Une fille. Belle. Sensible.

Des étoiles, des étoiles, des étoiles. La liste? : quelque chose comme 120,130.

Tu veux les voir , Les étoiles ?« De la cuisine » ?
« De ta chambre ».
Les étoiles.
Elle s’est allongée sur mon lit.
Tahar a écrit « Les filles ont une étoile sur chaque sein »
Oui.

Maïeutique piano

– C’est quoi tes petit trucs blancs en os ?
Et tes truc noirs en je sais pas quoi ?
-Tu m’a ramené mes petites lianes ?
-T’es fou toi ! D’abord, il n’y en a pas des « petites » longue, comme tu veux et…
-Ramène, je me débrouillerais.
-Et ces troncs, tu vas couper comment ?
Et pourquoi ?
– Musique.
-Musique, c’est quoi ça ?
-Pour l’ambiance, quand le chaman, il délire, c’est pop.
-Pop ?
-Top si tu veux, t’occupe, lui il a ses champignons de merde, moi, j’apporte aux autres, et tout le monde délire.
-Du bruit tu veux faire ?
-Musique merde, j’ai dit, tu entendra. Et cherche aussi des pieds.
– Des pieds ? Déjà tu m’a dit ça, pour tes phrase qui tombaient pas rond.
– Des truc en bois connard,des rondins, pas des vers.
-Du bois pas vermoulu ?
-Si tu veux 4, 5, 6, je sais pas, cherche et bosse.
Moi, je bricole mais ça va chier.

6 juin 2016

On peut fêter Velazquez.
Ou Corneille, en tachant de réciter de tête « le Cid », par exemple (l’avantage du Cid, hors l’alexandrin avec césure à l’hémistiche, si l’on aime) c’est que c’est une belle histoire mais surtout que ça permet dès l’enfance de comprendre le mot « litote » : « Vas, je ne te hais point », c’est plutôt « cool ».
Ou Pouchkine.
Ou Thomas Mann.
Ou plein d’autre : ça dépend des goûts ( le roi des Belges, personnellement, je m’en fout un peu).

Ou même Björn Borg, qui faisait chier avec son jeu mécanique et insipide.

Ou Alexandre M. Liapounov (personnellement, je n’ai jamais rien compris à ses travaux).

On a perdu :
Jung (rien à foutre).
Klein ( ben, ou trouve encore son bleu alors…).

Les allié sont allés se faire massacrer en masse en Normandie. De toute façon, ceux qui ne sont pas mort ce jour de 44 doivent à peu près presque tous l’être aujourd’hui.
Le fer a repasser a été inventé et breveté.
J’en ai un, mais je ne m’en sert que pour des usages incongrus.

Journée morose.

Vivement le 16 avril prochain, on pourra se payer l’intégrale de Boby Lapointe.

– Non. 6…

Maïeutique Je d’avant

– « Mes pichets, monsieur, tiennent le litre. »
– Tu lis quoi la ?
– « Les copains », un truc de Jules Renard.
-C’est Romain, Jules. Renard… (enfin, mets lui le « s »)

Maïeutique pas Faust.

– C’est quoi ce truc ? Qui c’est Nerval ?
Belzébuth !
– Tiens Satan, tu t’es déguisé ? Salut Méphisto.
– Méphistophélès, abruti, je joue, ce soir, Geute mon gars, ce soir, ne m’écorche pas.
– T’as une pèche du feu de Dieu, dis donc.
– Arrête tes blagues à cent sous.
– Geute ?
– Arrète je te dis. Je parle, alors Goethe et Geute, tu reconnais comment ?
Je lis là. Faust. En Français. Je passe vraiment pour un con, non mais ce type… cherche, c’est qui Nerval ?
– Attends, Google… Nerval… Wikipédia, voilà :
Nerval, écrivain, poète, 22 mai 1808, Paris, romantisme français,
– Romantisme ! Il me fait passer pour un con oui !
– …
Heu, tu l’as déjà dit…
– Et après ? Hein, après ?
– …
Filles du feu, Sylvie, chimère,
– C’est chez moi ça ! Il est là. Il pique tout. Je vais te le…
– Brûler ?
– Arrête bon Dieu !
Oh et puis… dégage !

Un con, vraiment pour un con. Je joue pas moi, si c’est ça.
«Vous m’avez fait suer» et puis quoi ? je sue pas moi ! «rudement»… Tsss
«Silence, animaux malhonnêtes !». et puis quoi ? Les chats, je les crame, point.
Bon, j’y vais pas, Marguerite, je me la ferai chez Mickhaïl.

Clef two-factor authentication