Author Archives: Patrice

19 décembre 2015

99ème anniversaire de la fin de la bataille de Verdun.
60 millions d’obus en 10 mois, et compte tenu que les armées ont toujours eu le sens du rythme, ça donne ça :

Contrairement à une légende tenace issue de la propagande américaine, c’est le maréchal pétain qui a inventé le rock’n roll.

Vieillir

J’ai jeté à la cave ma Desdichada, sa kalachnikov, sa grenade, son poignard, son billet de 1 dollars collé entre les seins, ses topettes, et sa vierge dans la neige.

D’ici à ce que « -l’Anarchistische Gewalttäter- -Baader/Meinhof-Bande- » prenne le même chemin…

Maïeutique Joconde ( ou un sourire élucidé )

Signora, se si accetta di far l’amore con me, vi farò si un ritratto.

Suite 2

Je profiterais donc de monsieur Jean Leloup.

A Barcelone : « le soleil brille. »

Sinon :
A Amsterdam.
Les extasys sont hors de prix.

Est ce bien grave ?

A Hamilton, au canada, on a volé un pont. Il y a bien 50 ans… Il est ou le fer ?

« Nous vivons un siècle étonnant »¹ (nous dit Vialatte).

(Annabel)… la fille de Barcelone: à Amsterdam : Il n’y a pas que moi qui suis incompréhensible².

1. Chronique des bustes contemporains.
A propos de « bustes contemporains », finalement, j’y retourne. Avec « Isabel »… ( Elle ne fait jamais que rimer avec Annabel)
2. Jean Leloup : A Barcelone.

8 décembre 2015

Horace.
Marie Stuart.
De La Rochefoucauld.
Maillol.
Feydeau.
Claudel.

Gérard de Villiers, même alors…

J’ai bien fait de me lever tôt.

5 décembre 2015

Mozart est mort.
Alexandre Dumas aussi.
Stirling aussi.
Wheatley aussi.
Monet aussi.
Lotka… aussi

Vivement demain.

C’est sûr que je ferais mieux de dormir

« C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar. »
Il n’en faut pas beaucoup pour rester réveillé.

Marie (03) 1

– C’est loin ?
– C’est juste en bas.
– Pourquoi tu veux faire ça ?
– Parce que j’en ai…
– Chéri !
– Relis, et mets le « e ».

Maïeutiques impossibles

(mais j’aime bien me raconter des histoires, la nuit, quand mon imprimante décide de sa réattribution sexuelle ( on touche ici à ce point tellement l’exécrable, que j’éviterais la note infra…bloginale (?) C’est un(e) Canon))

Vegan / thé 30/0


– Marc ?
Marc !
-Oui.
– Le boss passe dans 10 minutes.
– Oui.
– Oui, Oui, Oui… T’as pas des mots ? Pour faire une phrase, par exemple ?
– Peut pas. Regarde, cette photo? La fille. Ça m’immobilise les mâchoires, l’idée de lui bouffer la chatte.
-…
Marc, dans 8 minutes, le boss est là. Et « bouffer la chatte » comme idée d’affiche de campagne pour la pub vegan … Je ne pense pas qu’il appréciera ton humour.
– C’est pas de l’humour. Ya plus de thé ?


– Salut Ben ! Ca fait une paye ?
Al ma dit que…
– Tu le vois toujours ?
– Pas trop, depuis le divorce, mais bon, un beau fils, ça s’oublie pas, surtout lui. Vous bossez toujours ensemble ?
Il m’as dit, heu…tu vas avoir un bébé ?
Dans ta piaule ? Sans chauffage, sans rien pour cuisiner, sans lit, une histoire de natte juste ? Sans… enfin rien…
Des plans d’herbes, t’en as toujours ?
– ….
– Pas d’herbe en plus. Alors la coke, le spee…
– Je suis vegan.
– …
– Y faut, je faux… Pour le bébé.
– Végan ? La bouffe ?
– Tout.
– Tout ? Ok… Et ton pull, là ? Tes pompes, ton petit bijou, tes …
– J’avance mec, j’avance.
– A dos de cheval peut-être ?
Bon, je suppose que du bourbon, t’en veux pas non plus. Un thé ?


– Le lapin !
– Oui, le lapin ?
– Il a souri.
– « Et mes entrailles se sont émues pour lui »¹ aussi ? Va le cuire et fait moi du thé.

1. Cantique des quantiques 5.4


– C’est quoi « baumwolle » ?
– Laine, dépêche toi !
– Et c’est quoi « cotton »
– Coton, bouge ! la file avance.
– Ben eux… ça peut bouillir…
– Toi aussi.


– Chéri ?
– Mets le « e » à chéri, chérie.
– Mais chéri ?
– Mets le « e ».
– Chérie ?
– Oui ma douce.
– Tu veux bien passer cette commande pour cinq heures ?
– Oui ma douce.
– Juste des sablés pour le thé, avec mamine et poutou.
– Pas de beurre chérie, plus de beurre.
– Mais chéri ?
– Mets le « e » merde ! Ou je me tire !


– Elle a dit : « ne me touche pas, je suis pas ta viande » ?
Papa ?
Papa ?
– Fils, elle a raison. Elles ont toujours raison, passe moi le thé.


Jusqu’au quatrième jour, ça le faisait.
Il y avait déjà le thé.
Après, produire en abondance des animaux¹… ( vivants ? On se demande pourquoi : Des panés pré-surgelés?).

1. Genèse 1.20

– Bonjour Sarah. 10456, s’il vous plaît.
– Bonjour Monsieur. Je cherche. Voilà.
– Merci Sarah. Je reviendrai demain.

Maïeutique Modigliani

– Tu peins ?
– Tu viens ?

Maïeutique maïeutique

– Bien. Récapitulons. Vous voulez un boulot de sage-femme ?
– C’est ça. Mais pour la tête.
– Monsieur Socrate, c’est pas par la tête, déjà. Vous avez un diplôme ?
-…
– Vous avez un diplôme ?
– En fait, je ve… souhaite inventer une nouvelle…
– Je vous coupe, de nos jours, il n’y a plus rien à inventer.
– Vous en êtes sûr ? Et vous me coupez quoi ?
-…
– Ben voilà, c’est un peu ça.

Maïeutique fesse.

– Ca veut dire quoi calipije ?
– C’est « callypyge » chérie. heu…« callipyge ».
– Bon. Ca veux dire quoi ?
– C’est une histoire de cul.
– Ouais. T’as encore traîné hier soir.
– Chérie, je ne traîne pas, j’augmente mon niveau de conscience.
– Arrête ! Et enlève ta main, je ne suis pas d’humeur.
– C’était juste pour t’expliquer : « Un discours vaut mieux qu’un long dessin ».
– C’est l’inverse, le discours. Et enlève ta main.

Maïeutique Pop corn

– T’es fou ?
Jette pas la bouffe dans le feu !
– Regarde, c’est beau.
– C’est beau, c’est beau, c’est à manger surtout, gaspille pas !
– Ecoute toi… c’est moi l’inventeur.
Vais calculer. Et quand ils inventerons le cinéma, tu verras. Passe moi la calculette.
– La quoi ?
– Ecoute toi… c’est moi l’inventeur.

30 novembre 2015

Trop de raison de se réjouir, ou de s’attrister, aujourd’hui. Promesse d’indigestion.

Alors juste :

507ème anniversaire de la naissance d’Andrea di Pietro della Gondola¹.
Avec un pareil nom, c’est heureux de l’avoir appelé Palladio.
J’ai rêvé dans presque toutes ses créations, mais San Giorgio Maggiore, j’y retournerais encore et encore ( et encore ).
Après, le cimetière des Brion, à San Vito d’Altivole, de Carlo Scarpa, (c’est pas loin ).
Puis finir au café Florian, presque pile en face du magasin Olivetti (de Carlo Scarpa, toujours), place St Marc. ( en face si on pousse les pigeons, et c’est pas loin non plus).

Au Florian, quand on se casse une cheville, ils offrent le cognac, en attendant l’ambulance. (Si un jour j’y pers la tête pour un brune, ce sera peut-être champagne ).

Billy Idol pour cet après midi.

Et ce soir, un Ridley Scott. Peut être « Mensonges d’état », mais c’est triste. Et « Alien », à part les seins de Sigourney, c’est bien trop inquiétant.

Sinon.
Les Pointers Sisters ? Je n’ai jamais su apprécier. Et Laurent Jalabert, je m’étonne qu’il ne soit pas mort. C’est injuste, mais qu’est ce qui n’est pas injuste ?

1. Gondola. A Venise. Pourquoi pas…

26 novembre 2015

De mal en pis.
Une cuisine déserte. Un garde manger vide.

Weil ne veux plus de bébé ?
40 ans, elles ont les filles, 40 ans ? 15 de plus que j’en chie aussi. Censuré.

De jolis mots sinon :

« diamant, astérix, soyouz, mir, chrétien, bristol, grimké, vanutelli ( ça c’est vraiment joli), mémorandum, ono, basso… ».

Publication d’ »Alice au pays des merveilles », le livre est dans mes chiottes toilettes, en anglais ( histoire de…)

A oui.
Il y a aussi zagreb, et bombay.
Je me poserai juste sur la Cicciolina.

Et je n’irai pas voir les morts.

Un ami se promène dans les phrases : moi, ce jour, les mots suffisent.

25 octobre 2015

Il y a bien des anniversaires à célébrer ce jour.

Je n’ai retenu que les tristes. Un bonne dizaine de « maïeutiques » risquant même d’aggraver cet état d’émotions, à commencer par celle de l’art d’aiguiser les sabres, que Mishima aurait du lire, et Pinochet mettre en pratique personnelle, au lieu de tester sur d’autres.

J’irai juste flâner en ville.

En pensant que si Monsieur notre le préfet feuillette, d’aventure, « Chronique des immenses possibilités »¹ histoire de trouver des idées, il y a forte possibilité qu’à l’issue d’une quelconque « Grandeur concomitante d’allah² », nous assistions à perquisition, voire garde à vue. Au cimetière d’Ambert.

1. Pour le lecteur de mon malheureux « selfie callypiges », la référence, c’est Alexandre Vialatte. Les quelques autres sont déjà dans leur bibliothèque.
2. Pas de majuscule, c’est incorrect, comme « dieu », mais franchement, vous resteriez correct vous ?

Sinon, c’est pas octobre, mais les dates, surtout quand on va se promener…

24 avril 2016

Vincent de Paul.
Bertillon.
Pétain ?
Leduc ???

Ca sert à quoi d’hiberner ?

A si, il y a Grafton, Dick Rivers aussi, et non, pas Bobin, non.

Mon cœur que je compare au coulant camembert.

J’ai un exemplaire dédicacé des « Copains », de Romains.
Mais au bic bleu, c’est moche, Et Pierre Alberty, je ne sais pas qui c’est.

24 novembre 2015

En ces jours ( demain, mais j’ai de l’avance ) ou tout un chacun touche du doigt sa condition de pantin, on peut fêter Collodi. Ou pas, il y a Spinoza pour faire bonne figure et bonne conscience.
Kusturika s’invitera, à faire le malin : (En gros, aujourd’hui, il met « bonne » en facteur. Bonne : ( figure et conscience ) et (Plus vite plus vite mon chat! Pense!), après il rigole, et il faut le resservir ( Et « mon chat », ça le fait rire encore). Carnégie nous expliquera que rien de tout cela n’est bien grave, tout en aidant Karr à ramasser ses petits papiers en lui susurrant qu’Alphonse, pour draguer, c’est aussi nul que Dale.

Je resterai avec Toulouse-Lautrec. C’est son 150ème anniversaire. (151ème, mais avec ce qu’il m’a payé de fée bleue, j’ai de la peine, avec les nombres).

De toute façon, on a perdu Lautréamont.
Oswald, Fargue, Mercury, big Joe Turner, Barjavel même, voire Clémenceau, passe… Mais Lautréamont ?
Peut-être que Félix passera.
Henri_de_Toulouse-Lautrec_017

23 novembre 2015

Il me restait un vieux fond de Jack Daniels. J’aurais bien fêté la Bataille de Chattanooga. Les confédérés sont surtout leur première syllabe comme dirait Hugo, mais le drapeau est joli, et moi, les couleurs…

Et puis non, j’ai sauté sur mon premier Charlie Hebdo.
J’ai laissé aller mes lignes d’erres.
Billy The Kid arrive. Il fait moins peur que la créature de Frankenstein. Je n’aime pas les vieux films, mais Karloff…
Harpo Marx, j’ai enchaîné, et fini, au casque, avec Burnside.

De toute façon, Semprún m’est dur à lire, je ne connaît pas Pierre Etaix, Jean Pierre Foucault et Chantal Nobel m’indiffèrent, Cabrel aussi, Vincent Cassel m’a piqué Belluci.

Et si je descends plus loin dans Wikipédia, l’apparition de Miley Cirus risque de transformer définitivement ce billet « Anniversaire » en post « cacochyme ».

Burnside donc.

Maïeutique téléréalité

– Oh, miss, il est ou ton cv ?
– En bas la, en bas.
– Ah… ok.
115D

Compte rendu

Requiem :
J’aime les choristes, avec leurs dents et leurs lunettes, quand elles sont blondes, d’Angoulême et amoureuses.

Joe Dassin par « Youri » et par contre, pour finir : 22 violons, 5 violoncelles, 2 contrebasses, 5 cuivres, 5 flûtes ou genre, sans compter le tam tam, c’est pas un peu beaucoup, même pour les champs Élysées ?

Maïeutique maïeutique

– Coucou ! Tu fais quoi ?
– Je t’attends.
– Oui mais, tu fais quoi ?
– J’écris des conneries en écoutant du Rock’n’roll.
– Fait voir. Et baisse le son ! La voisine…
C’est qui Thérèse ?
– … La dame d’au dessus.
– Mais tu es au dernier étage ?
– Non, au dessus, dans le texte.

Maïeutique décollage

– Madame Dujardin ?
– Monsieur ?
– Le thé ? C’est celui d’hier ?
– Oh pardon monsieur, je me suis occupé de la cuisine ce matin, et je n’ai pas encore eu le temps de rafraîchir le salon.
– Thérèse, je me doute, mais j’attends le ministre.
– Je m’en occupe monsieur, je m’en occupe. Pour votre avion ?
– Pour mon avion.

Clément Ader : L’Eole.

Maïeutique disco

– C’est ta montre ?
– Stay alive… je bosse.
– … « Stay » quoi ? Tu sais bien que l’anglais, moi …
– STAYING ALIVE !
C’est pas compliqué mon amour.
Attends, je rajoute la grosse caisse. Arrête de me…
– Les boums boums ? Attends, tu vas voir, tes boums boums.
– Arrête s’il te plaît.
Arrête.

Bee Gees, How Deep Is Your Love.

Maïeutique Renard

-Ca n’a pas de poils, les carottes.
– Et le bonheur, ça mérite des « propos » ? Alain ?
– C’est pas pareil.

Jules Renard : Poil de carotte.

Maïeutique Radium

– Marie ?
– Oui.
– Tu as encore perdu tes lunettes ?
– Oui, chérie, oui. S’il te plaît, tu vois bien que ça chauffe.
– Dans 40 ans, ils vont tout faire péter avec tes… trouvailles.
– Macho ! Ce ne sont pas des trouvailles, c’est des « avancées scientifique ».
– Ben avance, avance : tu verras… Moi, je prends un taxi pour Pigalle.
– Pierre !
– Bonne soirée madame, je prends l’air. Et puis tu es toute jaune, il te faudrait du repos.
– Je n’ai pas fini.
– Tu n’aura jamais fini. Et lave tes mains, ce noir, c’est moche.
– Bon, vas y, voir tes…
– Bises, et fait gaffe, je t’aime.

Maïeutique après ? Rien

– « Oder ? Bist du jetzt Léo. ? Léo ? Léo ? »
– Monsieur Einstein, je ne comprends pas. Mais calmez vous.
– « Insanity is… »
– Ca je comprends monsieur Einstein. Mais calmez vous.

Albert Einstein, « 1 + Racine de 5 sur deux », c’est.

Maïeutique Rock’n’roll X.

– Mais comment tu veux te tuer avec ce truc ? C’est dégueu !
– C’est juste du vomi, je serais pas la premier. LE premier, excuse.
– Tu devrais te calmer.
– Passe moi plutôt la bouteille.
– Eh, Scott… Angus il sera pas content.
– Qu’il se la foute dans le cul, sa guitare, et ses cornes aussi. Qu’il se la foute…
– Bon, j’y vais, crève dans ta caisse pourrie, tu me gaves.
The Jack, ils gueulent, ils te veulent tu sais.
– Qu’il se la foute…
– Ok ok. Je lui dirais.

Bon Scott : « Whole Lotta Rosie. »

Maïeutique bébé éléphant.

– Dick ?
C’était cool, « Radio UBU ».

– Sûr, mais je peux plus.

– …

– Je peux plus, c’est tout. Ils veulent juste « Sacré génanium ».

– Ils n’ont rien compris ?.

– Ils ne comprennent rien, dégage, je vais faire « Sacré lilas », ou sacré… je sais pas, une histoire de, de, d’éléphant tiens .

– Excuse, excuse. Mais radio UBU… ?
– Radio UBU, c’est mort !
Et ramasse ton yoyo. Je vais pleurer la.

Clef two-factor authentication